Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 22:20

Par Guy François OLINGA

Guy François OLINGAL’actualité électorale et post-électorale en Côte d’Ivoire autant que les précédents au Gabon, au Congo Brazzaville, au Cameroun, au Benin, au Mali, et autres doivent interpeler les Africains et les véritables amis de l’Afrique à réfléchir à la mise en place d’un document cadre relatif au déroulement des élections présidentielles en Afrique et ayant pour objectif de minimiser les risques d’incidents dévastateurs tels que nous les vivons en Côte d’Ivoire depuis le 28 novembre 2010. Ce dernier cas en particulier a plongé les Africains dans un ridicule et une tristesse inédits.

De l’ingérence pour le moins embarrassante de Chefs d’États étrangers en donneurs de leçons à un État souverain, à la présomption de mauvaise foi des uns et des autres en passant par la mise à l’écart éhontée des textes constitutifs de la Côte d’Ivoire quand il s’agit de faire passer en force les ambitions des uns et des autres, on aura presque vu tout ce qu’il vaut mieux dorénavant éviter dans des situations comparables en Afrique.

On a par ailleurs vu des organismes sous régionaux comme UEMOA sortir de leur rôle (http://www.uemoa.int/uemoa/historique.htm) pour imposer des sanctions à un de leurs membres.

Au-delà des souffrances que la crise post-électorale impose au peuple Ivoirien, à l’Afrique de l’Ouest et à toutes les filles et tous les fils de l’Afrique, amenés à s’entre-déchirer pour le grand amusement des nations dites civilisées, il importe qu’elle nous donne des leçons afin qu’un tel spectacle lamentable ne se reproduise plus en terre Africaine.

La réflexion que je propose dans ce papier se veut être une contribution dans le but de poursuivre cet idéal. J’en appelle à toutes les intelligences africaines et amies de l’Afrique pour contribuer à ce débat.

DES INSTITUTIONS FORTES ET RESPECTEES

Quand une nation s’est dotée de lois et autres textes législatifs, il est parfaitement offensant de voir des personnes, fussent-elles Chefs d’États de nations puissantes, venir à faire croire sur le tard à l’opinion mondiale que les Africains chargés de faire appliquer ces lois sont incapables d’élévation au-dessus des affinités sectaires, ethniques, tribales, familiales, religieuses, régionales ou amicales.

Je trouve désobligeant que des personnes estiment que les autorités Africains en place ne peuvent qu’être partisanes, rendant ainsi caduque la nécessité de se doter de textes de lois dans nos pays. Ainsi, dans le cas de la Côte d’Ivoire, nos donneurs de leçons affirment que la Commission Électorale Indépendante est faite des amis de OUATTARA pendant que le Conseil Constitutionnel est un ramassis des amis de GBAGBO. Ce qui ôterait toute crédibilité à l’impartialité de leurs décisions.

Il est urgent que les protagonistes dans les élections présidentielles en Afrique acceptent de se soumettre aux textes convenus à l’avance et croient les responsables désignés pour les faire appliquer capables d’intégrité et de loyauté vis-à-vis des textes en vigueur.

Étant donné que les œuvres humaines peuvent manifester des imperfections, des voies de recours  sans équivoques doivent aussi être mises en place pour connaître des cas de contentieux.

CADRE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES

Il va sans dire que les textes législatifs régissant les élections présidentielles sont différents de pays en pays. Mais je me permets ici de soumettre à la sagacité des lecteurs des idées qui à mon sens pourraient amoindrir les risques de crise post-électorale.

1. L’Élection présidentielle à un seul tour de scrutin trouve ma faveur dans la mesure où elle coûte moins cher en termes de temps et de besoins en ressources de tout genre, tout en épargnant au peuple le triste spectacle des alliances de dernière heure contre nature et sans lendemains, parce que les électeurs ne s’y reconnaissent pas. J’ai personnellement eu beaucoup de difficultés à saisir ce que M. BÉDIÉ et M. OUATTARA ont en commun en Côte d’Ivoire. Que ceux des candidats qui veulent contracter des alliances le fassent une fois pour toutes donc.
2. Le Consensus sur les textes et pratiques régissant les élections ainsi que les personnes chargées de les faire appliquer est absolument nécessaire; faute de quoi le lit de la contestation aura été fait dès le départ. Les parties doivent par la suite se garder  de soupçonner ces personnes de partialité.
3. Les conditions de déroulement du scrutin doivent avoir été acceptées par toutes les parties.
Il faut par exemple éviter d’organiser des élections si une partie du pays est tenue par une rébellion armée.

Les bureaux de vote fictifs ou établis dans des domiciles privés doivent être exclus. Je recommande avec insistance la mise en place des outils informatiques afin de faciliter le décompte des voix, éviter des votes multiples et limiter l’accès au vote uniquement aux personnes inscrites sur les listes électorales. Il n’est point par ailleurs question que deux institutions différentes promulguent des résultats, fussent-ils d’abord provisoires. Il y aura forcément contestation si ces deux institutions proclament des résultats différents.
4. L’instance chargée de proclamer les résultats du scrutin devrait avoir l’obligation de publier en même temps un livre blanc exposant tous les procès-verbaux et justifiant les résultats promulgués à l’opinion nationale (et accessoirement internationale).
Il s’agit de se garder de balancer des pourcentages aux médias en guise de résultats sans la publication d’un support qui permettrait au peuple d’apprécier par lui-même la validité et l’impartialité de ces résultats. C’est un tel document que Laurent GBAGBO appelle de toutes ses cordes vocales actuellement; en vain pour le moment!

DE L’INGERENCE ETRANGERE

L’expérience ivoirienne a fini de me convaincre de l’inopportunité d’une ingérence étrangère dans la certification des résultats des élections présidentielles en Afrique.

Dans la FrançAfrique à l’ancienne, ce rôle était implicitement dévolu à la France. Dès lors que le Président Français adressait ses félicitations au gagnant (en fonction), tout en ignorant les contestations (des opposants), la Communauté Internationale suivait mécaniquement la France dans cette reconnaissance de la validité des résultats et, tout de suite, les médias internationaux retiraient leurs micros aux contestataires. Et le tour de prestidigitation était joué.

L’ONU semble avoir prétendu à vouloir jouer ce rôle dorénavant. Mais l’échec connu en Côte d’Ivoire risque fort mettre fin à cette ambition. La cohésion et la paix sociales interpellent dorénavant les protagonistes Africains à rechercher l’approbation de leurs institutions et de leurs peuples plutôt que des certifications non dénuées d’esprit partisan des personnes et institutions qui semblent se plaire à donner de nos États l’image de républiques bannières dirigées par des personnes incapables de se soumettre aux lois en vigueur et d’en garantir l’application non partisane.

Au nom de la souveraineté nationale, que les comités des sages dans chaque pays rendent caduques les ingérences étrangères dans le choix des dirigeants africains.

En cas de holdup électoral par le pouvoir possédant les armes légales, il ne restera plus que la contestation du peuple pour les faire plier, étant entendu qu’aucun dirigeant digne de ce nom ne peut plus de nos jours se permettre de massacrer des civiles non armés sous peine de devoir en répondre devant la CPI ou devant le jugement de l’histoire de crime contre l’humanité

A VOS SUGGESTIONS !

Les propositions ci-dessus ne se veulent ni exhaustives, ni l’expression de la perfection en la matière. Elles sont émises simplement pour ouvrir le débat.

L’affranchissement du néocolonialisme que les jeunes générations africaines appellent de toutes leurs forces commencera par ceci que leurs dirigeants devront leur pouvoir à leur peuple et non pas à des puissances étrangères ou à la force des armes.

Pour ce faire, les Africains doivent démontrer au monde entier que dans chaque pays, ils se trouvent des sages, des éminences grises et des hommes intègres capables de mener un scrutin présidentiel à terme sans contestations qui délégitimeraient le pouvoir en place.

C’est ce que nous pouvons admirer aux États-Unis d’Amérique, à la France, à l’Allemagne, au Benin, au Ghana, à l’Afrique du Sud, au Mali; pour ne citer que ces quelques exemples.

Si le droit à l’usage abusif des armes à feu contre le peuple est enlevé aux potentiels usurpateurs, ils seront bien obligés de convaincre plutôt que de contraindre leur peuple à les légitimer.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

aisha 22/01/2011 21:19



BOnjour, la réflexion de tous les Africains est nécessaire, comme vous le dites, sans ingérence aucune de niveau international. Il est temps effectivement que les Africaines et les Africains
prennent leur destin en mains. Pour pousser plus loin le débat, il ne suffit pas seulement de penser les élections au niveau du Continent mais je pense  plutot la gouvernance dans sa
globalité et de commencer à réfléchir aux Etats Unis d'Afrique.


Concernant le nombre de tours, je pense que 2 tours pour les élections restent nécessaires: prenons l'exemple d ela Guinée Conakry, qui a réussi à installer une démocratie. S'il n'y avait eu
qu'un tour, le président actuel n'aurait pas été élu. cette démocratie est née de la volonté du peuple. Bien qu'il reste des dissensions ethniques, le gouvernement actuel y semble accepté de tous
maintenant. Les urnes ont parlé.


Pour la Côte d'Ivoire, malheureusement, je ne sais pas quelle issue est possible...


Je vous invite également à lire le denrier article sur Voix Africaine, qui peut prolonger votre réflexion: LA REVOLUTION DU JASMIN


Cordialement



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf