Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 19:53

paul-marie mpoueleL’actualité nationale et internationale est chargée d’événements : la situation en Côte-d’Ivoire, en Tunisie et actuellement en Egypte et au plan national, l’application de la loi sur les partis. 

Nous nous sommes rapprochés de Paul Marie MPOUELE, porte-parole de l’Alliance pour la République et la Démocratie, ARD, une plateforme de l’opposition dirigée par Mathias DZON.

Le Challenger : merci, président d’avoir accepté notre invitation, comment appréciez-vous la situation générale de notre pays ?

Paul Marie MPOUELE : merci à vous aussi qui m’avez invité. Disons tout de suite que notre pays traverse une période des plus délicates de son histoire. Le système Sassou est un glacier qui empêche le Congo Brazzaville d’aller de l’avant.

L’évidence, c’est que la misère s’aggrave au sein de la population congolaise, cela est vrai à l’échelle des villages, des villes pestilentielles, des écoles sans enseignants, des infrastructures sanitaires quasi inexistantes, bref, une véritable chape de plomb. 

Je vous donne quelques exemples : les institutions de la Républiques sont toutes désormais dirigées par les gens de la tribu du président de la République. Dans  l’armée, la police nationale, les régies financières, les structures pétrolières, les ambassades, tout ou presque est désormais contrôlé par la famille présidentielle ou les amis du président de la République ; la corruption a atteint des sommets vertigineux, le tribalisme est très exacerbé.

Je ne sais pas si vous avez vu les scandales qu’offrent les concours d’entrée à la gendarmerie, à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature et à la Faculté des sciences de la santé, c’est la chasse gardée des ressortissants d’un département et particulièrement d’un groupe ethnique.

On ne peut pas continuer de se taire devant ces situations qui risquent de diviser notre pays pour longtemps.

En outre, le pouvoir se comporte comme une armée d’occupation : les libertés individuelles sont contrôlées, les richesses nationales sont accaparées par une famille, l’Etat est dans une déliquescence sans pareille et les intellectuels ont déserté le domaine de la réflexion pour s’adonner au culte du président de la République, les syndicats sont à la solde des dirigeants qui ont ainsi réussi à briser toute forme structurée d’expression. Tout est par terre  et il faut un sursaut patriotique pour sauver le Congo Brazzaville.

Le Challenger : à vous entendre, président, le tableau est apocalyptique ?

Paul Marie MPOULE : si l’apocalypse fait allusion au manque d’eau et d’électricité, au chômage massif des jeunes, à l’absence des soins de qualité, à la disparition de l’Ecole, etc…, alors, oui, la situation est apocalyptique.

Malgré la propagande du pouvoir, rendez-vous dans les marchés de Brazzaville, vous verrez désespérément comment la vie se fait de plus en plus chère, les prix des denrées de première nécessité augmentent ; d’ailleurs nous importons pour plus de 100 milliards de francs CFA chaque année nos produits de consommation.

Nous avons des budgets faramineux depuis bientôt dix ans, mais les Congolais sont toujours aussi misérables. Pourquoi ? Parce que tout l’argent du pays va dans des paradis fiscaux et à la Banque de Chine. 

Xavier HAREL, journaliste français parle dans son livre, "Afrique : pillage à huis clos"de la disparition de 500 milliards de francs CFA entre 2003 et 2005 sur les recettes pétrolières; le dossier des biens mal acquis illustre s’il en est encore besoin que l’argent du pays est utilisé à des fins personnelles par ceux qui nous gouvernent.

J’ai lu récemment sur le Net qu’un neveu d’une haute personnalité loue une chambre dans un hôtel de luxe à Paris à 11 milles euros la nuit, soit 7 millions de francs CFA pendant un an. Ce n’est pas tout, nous avons lu qu’un des fils du président avait fait des emplettes de 33 milles euros en un jour.

Tous ces jeunes gens dont l’âge varie entre 30 et 40 ans ne peuvent pas dire qu’ils ont des salaires différents de ceux des autres congolais, alors où trouvent-ils l’argent ? Vous avez vu quel genre de fêtes ils organisent tous les 25 décembre distribuant des jouets et autres repas comme des missionnaires de la civilisation !  Il y a ceux qui invitent jusqu’à trois milles enfants comme pour se donner bonne conscience. Seulement, ils ne nous disent pas où ils trouvent l’argent pour faire ces dépenses de prestige. 

Le Challenger : parlons des élections législatives de 2012, êtes-vous prêts ou pas au niveau de l’opposition ?

Paul Marie MPOUELE : je ne sais pas ce que vous entendez par être prêt. Nous avons affirmé notre volonté de participer à ces élections parce qu’on crée un parti pour conquérir le pouvoir d’Etat. Cependant, nous constatons que depuis 2002, les élections se passent mal dans ce pays.

Tout le système électoral mis en place par Denis SASSOU NGUESSO est un système frauduleux qui conduit à l’Assemblée nationale des personnes non élues. Il faut donc que cela cesse car, notre peuple veut voir ses véritables représentants siéger.

Pour ce faire, nous avons demandé au président de la République de convoquer une concertation majorité/opposition et société civile pour une implication de tous dans l’organisation de ces élections conformément à la Déclaration de Bamako (il s’en est fait d’ailleurs le chantre à Addis-Abeba. Sic). Nous ne pouvons plus accepter des élections truquées dans ce pays.

Partout en Afrique, l’autoritarisme des dirigeants conduit à des "révoltes" ; je crois sincèrement que le système Sassou ne doit pas continuer à confisquer la liberté du peuple en opposant à chacun de nos appels au dialogue et à la transparence dans les affaires publiques, l’arrogance et la force.

Vous ne croyez quand même pas que ce pays est une propriété de la famille présidentielle et de ses courtisans ! Cela fait 27 ans que nous subissons l’arbitraire et l’injustice, 27 ans que des promesses mirifiques sont faites aux congolais sans jamais les tenir ;  ironie de l’histoire, c’est à la 27ème année que Denis SASSOU NGUESSO découvre enfin les vertus de l’industrialisation et de la modernisation alors que lui seul à gérer tous les booms pétroliers que le Congo Brazzaville a connus depuis les années 1982.  

Franchement, il faut avouer que 27ans, c’est trop ; surtout quand on constate que toutes ces années n’ont permis que l’enracinement d’un pouvoir personnel, la destruction des chaines de solidarité, le chômage massif des jeunes et l’extrême misère du peuple, la déliquescence de l’Etat au profit des circuits parallèles, l’exacerbation de la corruption et du tribalisme, bref, la déstructuration des normes et autres valeurs qui fondent la culture démocratique. 

Le Challenger : il y a eu tout de même le déblocage des effets financiers… ?

Paul Marie MPOUELE : une escroquerie, vous voulez dire ! La paye du mois de janvier 2011 a été annoncée par les médias avec un petit complément : "le cadeau du président de la république".

Ceux qui sont passés à la caisse ont vite déchanté, entre 5 et 10.000F CFA ont été ajoutés au salaire.

Ce qui est dérisoire au regard de la spéculation des prix que ce battage médiatique sur l’augmentation des salaires a suscitée. Le pays n’ayant pas de syndicat, les Congolais n’ont que leurs larmes pour remercier le "père Denis".

Le Challenger : au plan international, il y a la situation en Côte-d’Ivoire, les remous en Tunisie et en Egypte, quels commentaires cela vous inspire ?

Paul Marie MPOUELE : la Côte-d’Ivoire vit un véritable déni de démocratie du fait d’un individu portant une casquette de nationaliste. Au terme d’une élection libre et transparente appuyée par une expertise internationale, M. Laurent GBAGBO a été battu par Alassane Dramane OUATTARA. Il faut permettre à ce dernier qui a remporté l’élection d’assurer l’effectivité du pouvoir d’Etat sans condition.

Pourquoi, diantre, faut-il qu’il y ait en Afrique ce comportement passionnel vis-à-vis du pouvoir, ces prétendus intellectuels qui trouvent toujours des artifices juridiques pour se maintenir au pouvoir contre la volonté de leur peuple !

Quant à la Tunisie et l’Egypte, je pense que ces "révolutions" résultent de la confiscation de la souveraineté du peuple. Etrangement, cela ressemble à notre pays où une famille a confisqué la souveraineté de tout un peuple à qui il n’a laissé que le droit d’obéir ; où règnent les milices privées désorganisant ainsi l’Armée républicaine.

Le Challenger : dernière question, président, votre organisation est-elle en règle avec le ministère de l’Intérieur ?

Paul Marie MPOUELE : c’est une loi scélérate à laquelle il faut donner une réponse politique. Cette loi témoigne de la volonté de museler le peuple.

Après avoir désorganisé les syndicats, infiltré les églises et érigé une société civile à sa dévotion, le système Sassou s’attaque à la seule forme d’expression organisée que sont les partis politiques ; j’apprends d’ailleurs que tous ceux qui possèdent des téléphones portables vont aussi passer à la trappe, toute chose qui concourt à contrôler les libertés individuelles.

Dans notre pays qui a connu trente ans de culture monopartite et des violences récurrentes, il faut laisser s’exprimer les gens. Dans tous les cas, les partis finiront par se regrouper ou disparaître lorsqu’ils seront sans cesse confrontés à la pratique politique concurrentielle.

C’est justement pour nous produire ce genre de loi que le pouvoir s’attribue la majorité à l’Assemblée nationale. Néanmoins, nous avons un dossier là-bas et nous attendons comme tout le monde.

Pour terminer, puisque vous parlez de dernière question, je voudrais lancer un appel pressant au peuple congolais ; un appel à la mobilisation de tous pour que 2012 soit le début des bonnes élections de l’ère SASSOU NGUESSO.

Le pouvoir actuel mange la laine sur notre dos et nous exclue du processus de prise de décisions qui témoigne de notre souveraineté. Il faut que ça cesse ; pour cela, il faut que  tout le peuple fasse de la transparence électorale une préoccupation majeure.

Pendant 27 ans le système Sassou n’a pas pu donner des réponses adéquates à nos problèmes d’eau, d’électricité, de santé et d’éducation, de chômage, de pension, de routes, mieux de développement, prostré dans le mensonge et la violence.

Qu’il nous refuse à manger et à boire, mais qu’il nous rende notre LIBERTE et notre Souveraineté en adoptant une nouvelle loi électorale et un découpage électoral juste, en mettant en place une commission électorale indépendante qui se charge de toutes les opérations préélectorales et électorales. Qu’il nous rende notre liberté donc ou qu’il foute-le-camp.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf