Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 16:23

L’argent, talon d’Achille de GBAGBO

Le tarissement des ressources financières du régime Gbagbo pourrait signer sa fin

Par Falila GBADAMASSI

franc_cfa.jpgLa zone franc CFA, dont il a été un fervent défenseur, est devenue une épine dans le pied de Laurent GBAGBO dans sa conquête de la présidence ivoirienne. Il ne souhaite pas la céder à Alassane OUATTARA, président élu selon la Commission électorale indépendante et reconnu par la communauté internationale.

Sa signature ne serait plus valable selon Paris qui assure, entre autres, la parité fixe du franc CFA avec l’euro. Privé de l’aide des bailleurs de fonds, comment le gouvernement Gbagbo pourrait assurer le paiement des salaires des Ivoiriens en cette fin d’année ? Privés d’argent, leur grogne devient une menace crédible pour Laurent GBAGBO.

Dans sa panoplie de combattant contre l’impérialisme français, Laurent GBAGBO, président ivoirien désigné par le Conseil constitutionnel, n’a peut-être jamais imaginé qu’il serait rattrapé par le fait monétaire.

La Côte d’Ivoire, pays de la zone franc CFA - géré par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) "qui joue le rôle de banque des banques primaires et des trésors nationaux" -, jouit d’une parité fixe avec l’euro, en droite ligne de celle qui liait le franc français au franc CFA.

Les Etats de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont signé avec la France une "convention de compte d’opérations". Dans ce cadre, les pays membres de l’union "doivent centraliser, dans un Compte d’opérations, ouvert au nom de la BCEAO dans les livres du Trésor français, 65% de leurs avoirs en devises et autres moyens de paiement internationaux", précise un document de la banque centrale. "En contrepartie de la centralisation des réserves de change, un découvert peut être consenti à la BCEAO au compte d’opérations, si les disponibilités propres s’avèrent insuffisantes pour faire face aux engagements extérieurs des Etats membres". Dans le détail, les mouvements financiers sont effectués au titre des Etats représentés par leurs Présidents.

Une "seule signature bancaire valable", celle de Monsieur OUATTARA

C’est en connaissance de cause que Michèle ALLIOT-MARIE, le nouveau ministre français des Affaires étrangères affirmait ce mercredi : "Il faut maintenir la pression (sur Laurent GBAGBO), voire l’augmenter notamment par le fait que la seule signature bancaire valable pour l’Etat ivoirien c’est désormais celle de M. OUATTARA".

Sur le site de Laurent GBAGBO et les médias publics ivoiriens, devenus la caisse de résonnance de ce dernier, on assure le contraire. La Banque mondiale aurait reçu "le 9 décembre dernier du gouvernement du Président Laurent GBAGBO, un chèque de 1,5 milliard de Fcfa représentant une partie de ses créances". Il aurait été signé par le ministre de l’Economie et des Finances du gouvernement GBAGBO, Désiré DALLO.

Et l’article de conclure : "Ce qui montre, in fine, que les problèmes de signature (…) ne sont, en réalité, que du bluff". Par ailleurs, la "seule" signature reconnue par la BCEAO serait "celle du ministre Désiré DALLO (…) parce que les autorités ivoiriennes ont pris des dispositions légales pour qu’il en soit ainsi".

En dépit de ces déclarations, la sortie de Michèle ALLIOT-MARIE ébranle le gouvernement mis en place par Laurent GBAGBO qui n’a jamais remis en cause l’appartenance de son pays à la zone franc.

"Aujourd’hui, huit pays dans la sous-région, membres de l’UEMOA, ont en commun la même monnaie, le franc CFA. Grâce à cette expérience et malgré ses limites, leurs économies savent résister aux chocs extérieurs et intérieurs. Fort de cette expérience, je soutiens que rien ne devrait être entrepris pour saborder la monnaie commune ou l’affaiblir", écrivait Laurent GBAGBO dans l’un de ses ouvrages.

Cet indéfectible soutien à la Zone Franc est l’un de ses principaux d’achoppement avec l’un de ses compagnons de lutte au Front populaire ivoirien (FPI), Mamadou KOULIBALY. Le président de l’Assemblée nationale, responsable du nouvel institut Audace Institut Afrique et l’un des maîtres à penser du parti de Laurent GBAGBO, estime que "le franc CFA maintient la Zone Franc en dehors de la mondialisation". Il constitue, déclarait-il encore récemment dans un entretien, "un obstacle au développement" des pays concernés.

Salaires des fonctionnaires : Laurent GBAGBO se veut rassurant

Les institutions de Bretton Woods et la Banque africaine de développement (BAD) ont coupé leurs crédits à la Côte d’Ivoire depuis le début de la crise post-électorale. Laurent GBAGBO se retrouve ainsi dos au mur.

La porte-parole de son gouvernement, Jacqueline LOHOUES OBLE a accusé Alassane OUATTARA, président élu selon la Commission électorale indépendante, de prendre des "initiatives (...) en vue de désigner de nouveaux représentants dans les organes de l’UEMOA". Elle a également dénoncé la "volonté" d’Alassane OUTTARA "et de ses soutiens régionaux et internationaux de faire jouer à la BCEAO un rôle politique qui n’est pas le sien" tout en mettant en exergue le rôle de "locomotive" de son pays dans l’union, "même pendant cette crise".

L’actuel gouverneur de la banque centrale, l’Ivoirien Philippe-Henri DACOURY-TABLEY, a été désigné par Laurent GBAGBO. La présidence de la BCEAO revient toujours de fait à la Côte d’Ivoire qui représente 40% des réserves de la banque.

Des mots et bientôt des actes. Le gouvernement de  Laurent GBAGBO s’évertue à rassurer les Ivoiriens quant à sa capacité à leur verser leurs salaires à compter du 22 décembre 2010. L’information diffusée cite une source, "suffisamment crédible pour ne souffrir aucun doute", qui s’est exprimée ce lundi.

Selon elle, "les régies financières vont réussir à mobiliser – et c’est quasiment fait – 100 milliards de Fcfa de ressources financières nécessaires (recettes fiscales, douanières et autres ressources parapubliques et appuis attendus) au paiement des salaires".

Une somme qui serait "largement" supérieure aux obligations financières de l’Etat en la matière. "La masse salariale mensuelle des fonctionnaires et agents des établissements publics nationaux (EPN)", les militaires compris, serait "d’environ 70 milliards de Fcfa". "Mais si l’on y ajoute les arriérés salariaux auxquels l’Etat devra faire face en ce mois de décembre 2010 (environ 23 milliards de Fcfa), son engagement total vis-à-vis des personnes susmentionnées se situe dans la fourchette de 93 milliards de Fcfa", poursuit l’article.

Laurent GBAGBO acculé

Mais le camp GBAGBO pourra-t-il mobiliser les ressources nécessaires quand l’activité économique est au ralenti depuis ces dernières semaines ? Les troubles de ces derniers jours n’ont fait qu’amplifier une apathie économique que connaît le pays depuis le premier tour de la présidentielle, le 31 octobre dernier.

"A la fin de l’année, les entreprises doivent normalement s’acquitter de leurs impôts. Mais dans l’état actuel du pays, elles objecteront qu’elles n’ont pas de quoi payer", explique un banquier international. Les menaces du directeur général des impôts, Lambert FEH KESSÉ, ne devraient rien y changer.

Il a déclaré mardi dernier, selon le site officiel de Laurent GBAGBO, "que l’Etat de Côte d’Ivoire, incarné par le président Laurent GBAGBO constitutionnellement élu, ne saura tolérer les comportements antirépublicains". Quant aux autres sources de revenus, notamment les recettes tirées de la vente du cacao et du café, qui ont jusqu’ici alimentées les caisses de l’Etat ivoirien et du régime GBAGBO, elles ne seront qu’un pis-aller.

"Connaissant la situation de la Côte d’Ivoire, les acheteurs internationaux obligeront leurs interlocuteurs ivoiriens à brader leur production puisqu’ils savent qu’ils ne disposent d’aucune autre ressource financière extérieure", poursuit le banquier africain.

Si Alassane OUATTARA n’a pas réussi à mobiliser les foules pour écarter Laurent GBAGBO du pouvoir, le mécontentement probable des Ivoiriens pourraient lui faire obtenir gain de cause. A quelques jours des fêtes de fin d’année, les fonctionnaires ivoiriens attendent impatiemment leur dû.

Dans l’hypothèse où Laurent GBAGBO tiendrait ses engagements financiers envers ses compatriotes, la trêve devrait durer "tout au plus trois mois". Autrement, en plus des menaces de la communauté internationale, Laurent GBAGBO devra faire face à celle de la communauté nationale. L’arme monétaire et ses effets collatéraux auraient alors raison des ambitions présidentielles du "boulanger" de la politique ivoirienne. En matière d’argent et parce qu’attachés aux plaisirs de la vie, les Ivoiriens n’aiment pas être roulés dans la farine.

L’argent est le nerf de la guerre

Le levier économique, une alternative à l’affrontement armé en Côte d’Ivoire ?

Par Vincent DUHEM

Alors que l’imbroglio se poursuit au sommet l’Etat ivoirien, une bataille économique fait rage. Soutenu par les institutions financières mondiales, Alassane OUTTARA cherche maintenant à contrôler les finances publiques, pour mieux resserrer l’étau autour de Laurent GBAGBO.

En Côte d’Ivoire, l’économie pourrait être l’arbitre du bras de fer qui oppose Alassane OUATTARA à Laurent GBAGBO. Et permettre ainsi d’éviter le bain de sang tant redouté.

Après avoir obtenu le soutien des institutions financières mondiales, Alassane OUATTARA cherche maintenant à contrôler les finances publiques. "C’est nous qui avons le pouvoir, il s’agit de le rendre effectif", résume son Premier ministre Guillaume SORO.

Avec son aide, OUATTARA espère prendre le contrôle des régies financières, trésor, douanes ou impôts. Il a nommé dans son gouvernement Charles Koffi DIBY ministre de l’Economie, qui occupait cette fonction dans le gouvernement SORO en place de 2007 à 2010. Une nomination qui sonne comme un signe fort à l’encontre de Laurent GBAGBO.

Pour rendre son pouvoir "effectif", Alassane OUATTARA a notamment demandé au gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) qu’il "soumette à l’approbation préalable de Guillaume SORO tout mouvement interne de fonds aussi bien dans les comptes publics ouverts au nom de l’Etat ivoirien à la BCEAO que dans les comptes du Trésor public ou ceux des entreprises à participation financières publiques".

Requête que la BCEAO aurait acceptée selon certains journaux ivoiriens, lui permettant ainsi de prendre le contrôle des comptes de la Côte d’Ivoire dans cette institution. Une information que la banque n’a pour l’instant pas confirmée. Le candidat donné vainqueur par la Commission électorale indépendante (CEI) a aussi écrit à l’Association professionnelle des banques et établissements financiers de Côte d’Ivoire afin que les mêmes dispositions soient prises à leur niveau.

Les institutions financières internationales jouent la carte Ouattara

Alassane OUATTARA, titulaire d’un doctorat de sciences économiques de l’Université de Pennsylvanie, entré en 1968 au Fonds monétaire international (FMI) et vice-gouverneur de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest, est depuis le début de la campagne électorale dans les petits papiers des investisseurs et bailleurs de fonds internationaux.

Sans avoir toutes prises position, les institutions financières ont néanmoins exprimé leurs inquiétudes et mis en garde la Côte d’Ivoire. Dominique STRAUSS-KAHN, le patron du FMI, a rappelé samedi que son institution excluait de travailler avec un gouvernement non reconnu par l’ONU, et l’UE a brandi un temps la menace de "sanctions".

La Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD) ont indiqué dès dimanche dans un communiqué commun qu’elles s’interrogeaient sur l’opportunité de continuer à aider la Côte d’Ivoire. "Nous souhaitons poursuivre le travail avec les Ivoiriens en matière de lutte contre la pauvreté, mais il est difficile de le faire avec efficacité dans un contexte d’incertitude et de tension prolongées", ont-elles déclaré.

L’enjeu est de taille pour la Côte d’Ivoire. La Banque mondiale a ainsi engagé 155 millions d’euros dans divers projets de soutien à l’économie ivoirienne pour 2010, après des financements de 156 millions d’euros en 2009 et un montant record de 239,5 millions d’euros en 2008. L’institution financière internationale avait lié l’effacement de trois milliards de dollars de dette extérieure du pays (évaluée au total à 12,5 milliards de dollars) à la tenue de ces élections présidentielles, qui étaient reportées depuis des années.

Les menaces et sanctions économiques, qui pénalisent le pays et ses habitants, font indéniablement le jeu d’Alassane OUATTARA. Conscient de cette équation, le candidat du RHDP a dit regretter la suspension mardi soir de la Côte d’Ivoire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), tout en incriminant Laurent GBAGBO. Il espère sans soute rendre tout exercice du pouvoir impossible pour ce dernier.

Laurent GBAGBO dispose d’une force politique indéniable dans le pays, et l’armée semble jusqu’à ce jour lui être restée fidèle. Cependant, ostracisé par la communauté internationale, sa marge de manœuvre sur le plan économique s’est considérablement réduite. Et au palais présidentiel, la réflexion doit déjà être à la stratégie capable de contrer celle de l’adversaire.

Recettes des douanes, des impôts, payement des salaires de la fonction publique et de l’armée, fonctionnement des ports, c’est toute l’activité économique de la Côte d’Ivoire qui est plongée dans l’incertitude.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

tueursnet 28/12/2010 11:11



Pas de marteau sans enclume

Marine : « c’est une histoire insensée non ? Tu m’entends petit mesquin ?
Je suis en train d’enfoncer un clou dans le dos d’un clandestin, autrement dit, je suis dans mon droit …
Et cette givrée, je dis ça avec le temps qu’il fait, arrive de Lille avec une tenaille
et arrache mon clou avec la conscience tranquille.
Tu as dû ressentir de ces douleurs. Mon père qui est un expert en la matière, m’a prévenu :
celui qui te rend service, ne te rend pas service !
Pourquoi est-ce qu’elle l’a arraché ? Pourquoi ? Parce que figure-toi,
je vais devoir le réimplanter. Que je me retape de nouveau cette corvée…
et dire que ce n’est pas mon métier… je ne suis ni juge, ni policier mais un digne représentant de l’Etat nation
qui estime que pour mettre un terme à ce bourbier, chacun a son rôle à jouer.

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Mediator


 



camara 22/12/2010 15:03



Les 02 Présidents de la C.I : Le regard de Maître Marcel Ceccaldi avocat

http://www.youtube.com/watch?v=6Gfe4P6ShYI

Analysons , Jugeons , rien que les Faits , sans demagogie , ni parti pris , les discours des uns et des autres , n'ont strictement aucune Importance = Sauvons tous donc la C.I amen!


En reponse de cet article , voici les elements sur lesquels , il faudra se pencher , svp cher Frere, d'autant plus que j'ai beaucoup d'estime , sur vous , mais aussi . certains articles sur la
Cote d'ivoire . sont partiaux A mon avis au profit , du hors la loi , allassane Ouattara . Merci et bon courage .



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf