Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 08:01

jean petroL’affaire qui défraie la chronique et qui concerne l’un des instruments du système judiciaire : la profession d’Avocats au Congo, a fini par se révéler être un véritable scandale juridico-financier dans lequel, le Conseil de l’Ordre dont le Bâtonnier National simple figurant Maître MABASSI, est à l’image de la Loge P2, une succursale de la Mafia à la congolaise, dont l’ancien Bâtonnier National, vrai Maître de Cérémonie l’Empereur Jean PETRO 1er est le parrain.

L’enquête que nous venons de réaliser sur cette affaire, nous a permis de constater que derrière ce malaise, il y a en réalité un conflit entre les associés d’un grand Cabinet d’Avocats de Pointe-Noire, conflit qui a été tranché de façon honteusement partiale par le Barreau de Pointe-Noire, dans des conditions qui confinent au règlement de compte mafieux, ce ne serait pas excessif de le dire.

En effet, au début de l’année 2007, avec l’arrivée de Maître Lionel KALINA MENGA du Barreau de Grenoble en France, il a été créé à Pointe-Noire entre Maîtres Jean PETRO ancien Bâtonnier de l’Ordre, Jean Louis LABARRE ancien Bâtonnier de Pointe-Noire et Maître Lionel KALINA MENGA une association dite : Société Civile Professionnelle d’Avocats PETRO LABARRE KALINA et Associés.

Cette association créée conformément à l’article 47 de la loi portant organisation de la profession d’avocat a été agréée et enregistrée au tableau de l’ordre national des avocats alors dirigé par Maître Jean PETRO lui-même.

La Société avait pour but "l’exercice en commun par ses membres de la profession d’avocat, avec la mise en commun des honoraires perçus en raison de cette activité".

Dès après la création de la Société d’Avocats, Maître Jean PETRO dont la santé depuis plusieurs années est déclinante, est allé s’installer en France pour ne faire que des séjours épisodiques en laissant le soin à ses associés de diriger et gérer le Cabinet. En réalité, l’homme, Avocat de fortune n’a jamais plaidé, en dehors des procès politiques à l’occasion desquels on exhibe les effets de manches.

A son retour au pays, Maître Jean PETRO estimant que le Cabinet avait été géré à son détriment a exigé du gérant Maître Jean Louis LABARRE un rapport de gestion de la SCPA PETRO LABARRE KALINA et Associés.

L’établissement des comptes a permis curieusement alors de constater, que certaines factures émises au profit de certains clients n’avaient pas été perçues par la Société. Une enquête sommaire devait permettre au gérant de constater que les honoraires relatifs à ces factures avaient été directement encaissés par Maître Jean PETRO sur un compte parallèle n° 100569-05001 ouvert à LCB sous l’intitulé "Cabinet  PETRO".

Autrement dit, pendant qu’il partageait les honoraires générés par les deux autres associés, Maître Jean PETRO percevait seul ses propres honoraires sur ce compte dissimulé, tout ceci alors qu’il résidait en France. Un système bien huilé qui fonctionnait grâce à la complicité de certains collaborateurs qui lui obéissaient au doit et à l’œil, en dissimulant certaines factures émises à l’entête de la Société PETRO LABARRE KALINA & Associés. Ainsi, c’est le voleur qui a cru devoir crier au voler !

Devant le refus de Maître Jean PETRO de communiquer les relevés de ses comptes dissimulés pour établir un bilan social exact et sincère, le gérant Maître Jean Louis LABARRE a sollicité et obtenu par voie de référé, une Ordonnance en date du 10 août 2009 rendue par le Président du Tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire, faisant injonction à la Banque LCB de communiquer des relevés de ce compte parallèle pour la période allant de janvier 2007 à août  2009.

Ces relevés ont finalement permis d’établir que Maître Jean PETRO avait dissimulé à ses associés et détourné la somme de CENT QUARANTE (140.000.000) de Francs CFA. A cette somme, il convient d’ajouter la somme de SOIXANTE TROIS (63.000.000) de Fcfa, perçue de l’Etat congolais, selon une facture du 9 février 2007, dans un dossier République du Congo C/ Kensington. Soit au total un détournement comptablement établi de près de DEUX CENT TROIS (203.000.000) de Fcfa.

Confondu par la découverte de la supercherie, et pour ne pas avoir à rendre des comptes à ses associés Maître Jean PETRO a obtenu du Bâtonnier à sa botte, par une grossière fiction juridique de faire disparaître la SCPA PLK & Associés au motif qu’elle n’avait pas été immatriculée au Registre du commerce conformément à la loi.

Pour apprécier la grossièreté de ce passe-passe juridique, il suffira de se souvenir que lors de l’inscription de la SCPA d’avocats au tableau de l’ordre des Avocats, c’était Maître Jean PETRO, associé de ladite SCPA qui était le Président du Conseil national de l’ordre. On ne voit pas dès lors comment, ce même Bâtonnier national associé peut venir solliciter l’annulation d’une structure qu’il a lui-même agréée  en tant que Bâtonnier national.

Dès le 14 août 2009, soit 4 jours après l’ordonnance autorisant la communication des relevés et le blocage du compte litigieux, Maître Joël PAKA, Bâtonnier du Barreau de Pointe-Noire, autre mannequin de Maître Jean PETRO, prenait une décision ordonnant le retrait du tableau des avocats et le caractère nul et non avenu de la Société PETRO LABARRE KALINA & Associés.

Par ce coup de baguette magique le Bâtonnier du Barreau de Pointe-Noire croyait pouvoir faire disparaître les infractions de détournement dont Maître Jean PETRO venait ainsi de se rendre coupable.

C’est pourquoi, compte tenu de la connivence avérée entre Maître Jean PETRO et le Bâtonnier du Barreau, Maître Jean Louis LABARRE, gérant de la SCP PLK a saisi le Tribunal d’une citation directe devant le Tribunal correctionnel de Pointe-Noire, par requête en date du 23 septembre 2009.

C’est alors qu’intervient un autre scandale purement judiciaire celui là. En effet, en totale violation de la loi et de son serment de Magistrat, sur instruction du Général GARCIA proche du pouvoir par téléphone, le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire, a simplement placé sous coude l’assignation : véritable abus de pouvoir.

L’argument évoqué, est le fait que Maître Jean PETRO, le Général GARCIA et le Procureur sont des amis d’enfance et sont tous ressortissants de  LES SARAS dans le Mayombe. Il faut donc préserver les fils du coin ; et depuis la procédure est bloquée.

Drôle de République où un Avocat, Maître Jean PETRO, trône donc sur le ressort judiciaire tel un parrain, intouchable par la justice disciplinaire ou judiciaire. En revanche, les deux associés de Maître Jean PETRO, après avoir été spoliés de cette forte somme, ont été curieusement condamnés dans des conditions abracadabrantesques, par le même Conseil de Barreau sous oukases.

Maître Jean Louis LABARRE est depuis plusieurs mois sous le coup d’une suspension d’activité de un an, et Maître Lionel KALINA MENGA, victime du délit de compétence, a été lui simplement radié de l’Ordre par décision du Conseil du Barreau, alors de la décision relèverait d’après la loi du Conseil de l’Ordre.

Les deux Avocats qui ont fait appel de ces décisions, se heurtent à une autre violation de la loi. Alors que les textes prescrivent que l’appel est suspensif, le cénacle des Avocats réunis autour de Maître Jean PETRO qui tire les ficelles en prenant soin de dissimuler la main, ignorent ostensiblement le délai prescrit par la loi qui est de deux mois, pour instruire l’appel.

Curieusement ni la Chancellerie, ni le Parquet Général de la Cour Suprême ne semblent s’intéresser à cette affaire, et pour cause, Maître Jean PETRO est un dignitaire de la Franc-Maçonnerie congolaise. Décidemment la Franc-Maçonnerie est une pègre dont il faut se préserver comme le SIDA.

En tout cas, personne ne dira au niveau de la Chancellerie qu’ils ne sont pas informés.

Ne pas sanctionner ce Procureur de la république et le fameux Général GARCIA, relèverait de la voyoucratie

On a beau critiquer BONGO fils qui a accédé au pouvoir par malice ; il faut tout de même reconnaître que depuis son accession au pouvoir, il a entrepris de mettre l’ordre là où son père avait foutu la merde. Depuis quelque temps, même l’opposition gabonaise commence à reconnaître que le fiston travaille. Nous interpellons Monsieur le Procureur Général de la Cour Suprême

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

matoumpapolo 17/08/2010 12:49



Un jour viendra où l'homme de la rue fera lui-même justice au Congo. Les avocats vereux comme Missié, Ngounda .... qui passent leur temps à corrompre les juges à Pointe-Noire avec l'argent de
leurs clients fortunés afin de gagner leurs procès doivent subir la vindicte populaire. L'Université de Brazzaville étant parmi les dernières université en Afrique, on est pas étonné d'avoir dans
le pays des avocats ou des juges qui ne comprennent ni les textes de loi, ni les articles de l'Ohada ni le serment qu'ils ont prêté. La toge qu'ils portent ne représente rien pour eux. Plaider,
ils ne savent pas ce que cela veut dire. Ils courent tous après l'argent pour s'achéter des 4x4, construire des maisons et entraitenir les maîtresses. Dieu merci, le SIDA a commencé le nettoyage.
Malgré les prières chez les gouroux ou les rites dans les sectes obscures, les pleurs des opprimés et de tous ceux qui ont été injustement spoliés ou maltraités dans les tribunaux du Congo seront
écoutées par Dieu. Nous prions tous le même Dieu, mais lui, il est juste, sa justice ne peut être achetée. 



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf