Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 04:12

Charles MILLON le retour : Elysée connections

charles-millonL’ancien ministre français de la Défense, qui s’était fait réélire à la tête de la région Rhône-Alpes avec le soutien des élus du Front national en 1998 a fini sa traversée du désert. Nommé en septembre 2003 ambassadeur auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) à Rome, fromage quitté en septembre 2007, Charles MILLON, avait accompagné d'Olivier ROUX, vice-président de GL Events, un groupe français spécialisé dans l'événementiel, le 17 février 2010 au Congo Brazzaville.

Charles MILLION et l’homme d’affaire avaient été reçu par le ministre congolais à la présidence chargé de la Défense nationale, Charles Zacharie BOWAO, pour lui proposer une participation à l'animation de la cérémonie du cinquantenaire de l'indépendance du Congo Brazzaville.

A propos du groupe que représente Olivier ROUX, Charles MILLON avait indiqué que GL Events est une société compétente prête à offrir ses services et participer aux prochaines manifestations congolaises. "Concrètement nous avons une expérience importante dans les commémorations et toutes sortes d'événements. Nous pouvons apporter au Congo Brazzaville, une capacité, je dirais technique et logistique de terrain, c'est-à-dire du matériel audio-visuel et de son, plus un certain nombre de prestations. Sans négliger un accompagnement important au niveau conceptuel, à travers le cahier des charges qui nous sera sûrement proposé par la commission du cinquantenaire", a précisé Olivier ROUX.

GL Events est en effet spécialisé dans les prestations de services évènementiels : Gestion et aménagement des lieux et des espaces réceptifs, organisation d'évènements, location d'espaces, prestations d'agencement, prestations de services pour salons, expositions et évènements, mise en place temporaire d'installations (stands, mobilier, gradins, décoration florale, équipements de signalétique, d'éclairage, de sonorisation, etc.), conception et fabrication de structures durables (notamment bâtiments démontables), prestations d'accueil, de gestion informatique, etc…..

France-Afrique : Guide pratique des nouveaux réseaux

Par François SOUDAN

colonieAlors que vient de se tenir le 25e sommet Afrique-France à Nice, "Jeune Afrique" a enquêté sur les nouveaux visages d'une réalité souvent fantasmée : la Françafrique. Petit guide pratique pour ceux qui veulent s'aventurer dans ses maquis.
Alors que le 25e sommet Afrique-France, qui est aussi celui du cinquantenaire des indépendances, s'est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin 2010, l’affaire est assez emblématique des mutations de cet étrange serpent de mer qu’est la Françafrique.

Chacun sait, depuis le 15 mai 2010, que la libération de l’universitaire Clotilde REISS est en partie due à une médiation sénégalaise, au sein de laquelle l’avocat Robert BOURGI, aussi talentueux que multicarte et seul héritier du savoir-faire foccartien, a joué un rôle déterminant.
Seuls trois hommes étaient au courant du voyage secret en Iran de Maître BOURGI et de Karim WADE, à la fin du mois de mars 2010 : le père de ce dernier, Abdoulaye WADE et, à Paris, Nicolas SARKOZY et son secrétaire général, Claude GUÉANT, à qui les deux émissaires ont régulièrement rendu compte au téléphone, depuis Téhéran, des progrès de leur mission.

Ni Bernard KOUCHNER ni Jean-David LEVITTE ni même le patron de la DGSE, Erard Corbin de MANGOUX, ne savaient quoi que ce soit de ce déplacement feutré. Culte du secret, court-circuitage des filières institutionnelles, casquettes africaines et contacts parallèles activés par un personnage à la réputation (forcément) sulfureuse et qui en joue avec habileté, la méthode Foccart transposée dans l’Orient compliqué a donc, si l’on peut dire, porté ses fruits.
FOCCART, le grand marionnettiste

Si la Françafrique incestueuse et patrimoniale est morte, celle des réseaux est, elle, toujours bien vivante. A une différence - de taille – prés, elle est acéphale.

Là où Jacques FOCCART, qui consacrait l’essentiel de son temps aux affaires du "pré carré", tirait tous les fils à la manière d’un grand marionnettiste, Claude GUÉANT, pour qui l’Afrique n’est qu’une préoccupation parmi d’autres, n’intervient directement ou par intermédiaire interposé que sur certains dossiers sensibles. D’où l’éclatement et la multiplication de réseaux souvent complémentaires (Elysée-business par exemple), reliés entre eux par des passerelles (avocats, juges, médecins), ouvertement rivaux (ONG), transcourants (francs-maçons), etc., mais qui tous fonctionnent en interne avec de vraies solidarités corporatistes et une opacité commune.
Autre évolution, les réseaux sont désormais autant afro-français que franco-africains et leur interpénétration réciproque est fréquente.

Un Laurent GBAGBO, un Paul BIYA, un Denis SASSOU NGUESSO, un Ali BONGO ONDIMBA, pour ne citer qu’eux, ont tous leur réseau d’influence qui emprunte à chacun (ou presque) des réseaux français.

Conséquence de cette alchimie complexe, qui tient parfois de la raffinerie, l’apparition de missi dominici dont on distingue mal a priori l’allégeance principale. Il faut ainsi de bons yeux pour hiérarchiser les fidélités dont se réclament aujourd’hui l’incontournable Robert BOURGI, Nicolas SARKOZY et Claude GUÉANT en premier lieu, puis WADE, Ali BONGO ONDIMBA, OULD Abdelaziz, Laurent GBAGBO et quelques autres. Il est vrai que, en ce domaine, chacun avance masqué.
Le petit "Who’s Who" que nous publions (voir ci-dessous) – et d'où sont exclus les ministres pour qui l’Afrique fait en quelque sorte partie du job, tels Bernard KOUCHNER et Alain JOYANDET - a pour ambition de guider les pas du profane dans le maquis de la néo-Françafrique.

Nous avons volontairement omis dans ce vade-mecum les pays du Maghreb, qui relèvent, eux, de réseaux bilatéraux à la fois différents et étanches, sur lesquels nous reviendrons prochainement.
CES HOMMES QUI MAINTIENNENT LE LIEN AVEC LE CONTINENT NOIR : Elysée connexion
Aux côtés d’un président qui n’a que peu d’appétence pour les "affaires africaines" et dont la doctrine à ce sujet a évolué, de discours en discours, de manière quelque peu erratique, c’est au secrétaire général de l’Elysée, Claude GUÉANT, que revient la gestion du réseau ou de ce qu’il en reste.

Au niveau institutionnel, le conseiller diplomatique Jean-David LEVITTE et son adjoint chargé du Sud-Sahara (Mauritanie comprise), André PARANT - lequel bénéficie de l’apport de deux conseillers techniques, Rémi MARÉCHAUX et Clément LECLERC -, dépendent directement de lui.

Mais LEVITTE n’ayant jamais manifesté de tropisme africain particulier, en dehors de la préparation des voyages et sommets présidentiels, l’omniprésente éminence grise du Château a la main sur le continent. Claude GUÉANT reçoit volontiers dans son bureau les émissaires des chefs d’Etat et se déplace pour rencontrer ces derniers dans les grands hôtels où ils descendent lors de leurs passages à Paris.
L’avocat Robert BOURGI lui sert à la fois de conseil, de missi dominici et de poisson-pilote sur des pays comme le Gabon, le Sénégal, la Mauritanie, Madagascar, le Bénin, voire la Côte d’Ivoire ou le Togo. Mais il n’est pas le seul, même si les autres "africains" figurant dans le carnet d’adresses de Claude GUÉANT jouent un rôle beaucoup plus restreint.

Georges OUEGNIN, l’ancien directeur du protocole de la présidence ivoirienne, très introduit à Brazzaville et à la présidence de la Banque africaine de développement (BAD), est de ceux-là, tout comme le diplomate, ex-conseiller spécial d’Idriss DEBY ITNO (et décoré de la légion d’honneur), ABAKAR MANANY, qui a joué un rôle non négligeable dans la reprise des relations entre la France et le Rwanda.
Difficile par ailleurs de ne pas citer le nom du député-maire de Levallois-Perret, Patrick BALKANY, ami de Nicolas SARKOZY, électron libre quelque peu sulfureux que l’on a vu à l’œuvre à Kinshasa, Bangui et Nouakchott.

Autres francs-tireurs, les anciens ministres Charles MILLON et Alain MADELIN. Proche d’Abdoulaye WADE, ce dernier continue d’entretenir des liens avec l’Afrique par le biais du Fonds de solidarité numérique (accès aux nouvelles technologies), qu’il préside.

Côté UMP, le porte-parole adjoint (et conseiller de Nicolas SARKOZY), Dominique PAILLÉ, passe parfois des messages entre l’Elysée et Abidjan (ou l’inverse), ainsi que le font, avec Lomé, le député du Rhône, Christophe GUILLOTEAU, membre d’une demi-douzaine de groupes d’amitié franco-africains à l’Assemblée.
L’ex-chiraquien Jacques TOUBON, à la tête de la "mission du cinquantenaire" et qui occupe, au Quai d’Orsay, les anciens bureaux du secrétariat d’Etat de Rama YADE, ne s’est jamais éloigné du continent et a trouvé dans son éphémère fonction l’occasion de renforcer ses liens.

Enfin, à la périphérie, évoluent une poignée de publicistes tel Laurent TAÏEB, dont le périodique L’Essentiel des relations internationales, souvent axé sur l’Afrique et lié à l’UMP, est à disposition dans tous les salons d’attente de l’Elysée. Malin, TAÏEB a trouvé dans les cercles d’amateurs de cigares qu’il anime un réseau d’influence original.

A portée de main du Château également, le chirurgien-dentiste Patrick GAUBERT, ancien membre du cabinet de Charles PASQUA, président du Haut conseil à l’intégration, président d’honneur de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) et ami de vingt-cinq ans de Nicolas SARKOZY. GAUBERT, TOUBON, ainsi que les députés UMP Jean-Michel FOURGOUS et Jean-François MANCEL étaient à Brazzaville en juillet 2009 pour observer le scrutin présidentiel à l’invitation de la Commission nationale congolaise des droits de l’homme, proche du pouvoir. Au grand étonnement du Quai d’Orsay. Mais avec l’accord tacite de Claude GUÉANT.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf