Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 22:22

quand un vote juridique déclasse le vote du peuple

Par Thierry AMOUGOU

thierry-amougouAprès avoir bloqué pendant des années l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, Laurent GBAGBO est resté Président pendant plus de 5 ans alors qu’il n’avait plus le droit de l’être, son mandat étant arrivé à son terme. Etant donné que le pays était en guerre, l’organisation du scrutin semblait objectivement attendre que toutes les conditions de paix et de sécurité soient réunies.

Mais la paix était revenue sans empêcher que la date du vote aille d’ajournement en ajournement. La sécurité était à nouveau assurée que la Commission Electorale Indépendante (CEI) passa par une phase de dissolution ordonnée par le même Laurent Gbagbo soupçonneux à souhait.

On comprit alors que l’organisation du scrutin n’attendait pas le rétablissement des conditions optimales au sein de la société ivoirienne, mais plutôt que le Président sortant finisse de mettre en place sa machinerie auto élective pour sa victoire future. Puis le mois de novembre 2010 arriva. D’après le Président sortant, tous les feux étaient désormais passés au vert pour une présidentielle équitable et transparente sous la houlette d’une CEI.

Laurent GBAGBO arriva en tête au premier tour et ce résultat fut accepté par tous les candidats. Voici qu’au deuxième tour, un coup de force annule la victoire d’Alassane Dramane OUATTARA proclamé vainqueur de la présidentielle par la même CEI qui donna les résultats du premier tour.

La Côte d’Ivoire a désormais deux Présidents : un sortant qui redevient entrant et compte ne pas lâcher le pouvoir malgré le vote défavorable du peuple ivoirien, et un autre qui, avec raison, se dit légitime puisqu’ayant obtenu la majorité des soufrages du peuple ivoirien après les deux tours du scrutin.

Que retenir de cette situation concernant le pouvoir du peuple, le rapport au pouvoir, la CEI et la démocratie en Afrique Noire ?

Peuple souverain, peuple veto et peuple surveillant en Afrique Noire ?

Avec l’élection brillante et sans bavure de l’opposant historique Alpha CONDÉ en Guinée Conakry, le peuple africain vient de démontrer au monde entier qu’il n’est pas rétif à la démocratie à condition qu’il ait en face de lui des hommes prêts à respecter honnêtement les règles de l’art démocratique.

Pour une fois que les Guinéens ont eu droit à une élection libre, ils se sont prononcés pour un vrai changement d’hommes et de politiques. Cette présidentielle guinéenne est la preuve contemporaine que malgré une pauvreté ambiante qui entraverait la démocratie, le peuple africain peut se montrer souverain, veto et surveillant.

Malheureusement le cas ivoirien vient aussitôt jouer au rabat-joie. C’est pendant que nous sommes en train de dire que le processus démocratique africain vient d’enregistrer une étape heureuse avec cette présidentielle guinéenne, qu’un Laurent GBAGBO se décide d’intégrer à grandes enjambées le cercle tristement célèbre des dictateurs africains.

Laurent GBAGBO qui avait réussi à mettre de son côté de nombreux Africains et Ivoiriens allergiques tant à la France qu’à l’ingérence des puissances occidentales dans les affaires africaines, vient de montrer son vrai visage. Son hold-up électoral sur Alassane Dramane OUATTARA confirme les soupçons d’une violence structurelle de son pouvoir qu’auguraient déjà les escadrons de la mort et l’assassinat de Robert GUEI. Les masques anti-Occident et anti-néocolonialisme sont tombés et on s’aperçoit que Laurent GBAGBO s’était taillé un costume qu’il ne méritait pas.

En effet, GBAGBO aurait été un vrai combattant et un authentique résistant au néocolonialisme, qu’il allait respecter le vote des populations ivoiriennes. En invalidant les résultats donnés par la CEI alors qu’il les avait acceptés au premier tour, GBAGBO piétine le vote d’un peuple qu’il disait jadis souverain lorsqu’il voulait se tailler son costume de défenseur de la souveraineté du peuple ivoirien.

Il apparaît ici une espèce d’homme politique que l’Afrique a déjà connu pendant les luttes d’indépendances : des hommes qui se disent patriotes et nationalistes juste pour garder le pouvoir en exploitant la rancœur historiques des Africains face aux anciennes puissances occidentales. Être patriote ou nationaliste ne veut pas dire qu’on est automatiquement un démocrate.

Un leader comme SÉKOU TOURÉ a été un nationaliste invétéré qui s’est avéré être un violent dictateur dans l’exercice du pouvoir alors qu’un SENGHOR plus extraverti et amoureux de la France, s’est montré plus démocrate. Se dire défenseur de la souveraineté d’un pays ne doit pas être un alibi pour déclasser un vote populaire car le peuple vote pour qui il veut et il a toujours raison.

Les résultats du premier et du second tour montrent pourtant que le peuple ivoirien est resté souverain en faisant arriver en tête un candidat différent à chaque fois. Un peuple qui vote contre un Président sortant alors que celui-ci a organisé, surveillé et contrôlé le processus vers les élections présidentielles de bout en bout, est un peuple qui assume son choix et entérine la défaite politique de Laurent GBAGBO en lui jetant à la face sa réelle minorité populaire.

Dans ces conditions, il ne reste plus au vaincu que la loi du plus fort selon laquelle on gagne quel que soit le sens des votes des populations. Laurent GBAGBO a ainsi usé de la même technique que ceux qui changent les Constitutions en refusant de passer par un référendum. Lui et ceux-là passent outre la volonté populaire en s’appuyant sur une institution nationale complètement contrôlée par  leur pouvoir exécutif.

Ailleurs, ce sont les assemblées nationales qui l’ont fait. Ici, c’est la Cour Constitutionnelle dont on sait acquise à GBAGBO. Autrement dit, le peuple vote mais son vote est jugé sans objet au point où la Cour Constitutionnelle revote comme il faut à sa place pour donner les résultats qu’il faut à l’homme qu’il faut. C’est la preuve ici que la CEI n’était légitime aux yeux de Laurent GBAGBO qu’au cas où il sortait vainqueur. Elle devenait illégitime dans le cas contraire. Ce qui équivaut à dire qu’on se dit démocrate en Afrique Noire uniquement lorsqu’on gagne.

Alpha CONDÉ a pourtant perdu plusieurs fois avant de gagner en 2010, quand d’autres veulent toujours gagner même contre l’avis de leurs populations.

Alassane Dramane OUATTARA est victime d’un tribalisme et d’un racisme d’Etat
"L’ivoirité" n’est toujours pas enterrée car faire appel à la Cour Constitutionnelle ivoirienne pour déclasser et invalider les résultats électoraux de la CEI seulement dans les régions du Nord favorable à OUATTARA, est la preuve que l’Etat ivoirien, au sens de macrostructure contrôlée par le pouvoir exécutif de Laurent GBAGBO, reste dans une position où Alassane Dramane OUATTARA n’est toujours pas considéré comme un Ivoirien.

Annuler le vote au Nord revient à dire que le travail de la CEI est valable uniquement là où GBAGBO a gagné au Sud. C’est faire des votes du Nord du pays des choix non valides parce que faits par des non Ivoiriens. Ce qui met en évidence un tribalisme et un racisme d’Etat construit par l’élite au pouvoir suivant laquelle la référence démocratique "one man on vote" se rétrécit car elle s’ethnicise, se "racialise" et se tribalise. 

Toute la fragilité des Etats africains se trouve dans ce genre de situation où l’Etat nie la nation et la fragilise en introduisant des référents généalogiques dans le jeu démocratique. Sans aller jusqu’à penser que la nation gomme les appartenances ethniques, il semble plausible qu’en Afrique et dans le cas ivoirien, ce sont ceux qui sont pouvoir qui, chaque fois pour leurs intérêts politiques, font ressurgir la lame tribale dans le jeu électoral.

La négation du vote populaire par Laurent GBAGBO et la Cour Constitutionnelle ivoirienne est donc la traduction d’un tribalisme et d’un racisme d’Etat en ce sens qu’elle donne une origine ethnique à cet Etat qui doit avoir à sa tête un Ivoirien de "sang pur". Ce qui annonce une privatisation et à une contrition ethnique de l’Etat ivoirien, étant donné que les populations qui ont voté au Nord sont aussi constitutives de celui-ci.

C’est pourtant une fuite en avant que de continuer dans cette logique ethno tribale car être Ivoirien est moins une affaire de "sang pur" qu’une affaire de droits acquis. Et si Alassane Dramane OUATTARA a été autorisé à être candidat à la présidentielle après avoir été premier ministre de ce pays, alors il possède tous ces droits et est bel et bien Ivoirien quel que soit l’origine de son sang.

Nicolas SARKOZY n’a pas d’ancêtres gaulois mais est bien le Président de la France. Le drame en Côte d’Ivoire est qu’il y’a eu comme une entente tacite entre les élites pro GBAGBO. Cette entente tacite aurait été : même si Alassane Dramane OUATTARA gagne les élections, il ne sera jamais le  Président de la Côte d’Ivoire car il n’est pas Ivoirien ! Ce type raisonnement est le fondement des pouvoirs génocidaires car le principe héréditaire ainsi primordialisé incite à la haine des uns par les autres. L’ironie du sort veut que ce soit Konan BÉDIÉ, l’allié actuel de OUATTARA qui soit l’inventeur du principe d’ivoirité dont le poison venimeux, miséreux et diviseur continue de raviner le socle historico-culturel de l’Etat ivoirien.

Les tribulations de la CEI ivoirienne enseignent beaucoup sur les scrutins africains

Les dirigeants africains ont une peur bleue d’une CEI. Au Cameroun, c’est Elecam qui en tiendra lieu en 2011. Le court-circuitage de la voix du peuple par des instances juridiques nationales à la solde du pouvoir en place, est une vieille technique que connaissent de nombreux Africains.

On ne respecte pas la Constitution mais on s’y réfère pour justifier son hold-up électoral. Les Camerounais en ont fait l’expérience en 1992 dans le duel au sommet Fru Ndi versus Biya.

En outre, la présidentielle guinéenne vient de consacrer un opposant autant que la CEI ivoirienne. Ces structures indépendantes sont révélatrices d’au moins trois vérités :

1.     Presque tous les pouvoirs sortant africains manipulent les résultats du vote en leur faveur lorsqu’il n’y a pas de CEI ;

2.    Les opposants ont déjà gagné de nombreuses présidentielles ailleurs mais sans CEI, ils ont été déclarés battus par les instances juridiques à la solde des pouvoirs en place ;

3.    Si les dictateurs africains modifient leurs propres Constitutions alors ils peuvent aussi passer outre les résultats et le travail d’une CEI comme c’est le cas en Côte d’Ivoire.

D’où le problème de la crédibilité de nos chefs d’Etats. Que peut espérer démocratiquement l’Afrique Noire avec la carence qu’elle connaît en démocrates convaincus ?

Laurent GBAGBO et ses pairs sont des démocrates contraints. Ce sont donc des dictateurs patentés. Le plan de GBAGBO semble de replonger la Côte-d’Ivoire dans une guerre civile pour rester encore au pouvoir pendant dix ans comme il vient de le faire, en avançant la raison que le pays ne peut organiser les élections présidentielles en situation instable.

Adopter cette stratégie revient à jouer avec l’avenir d’une Côte-d’Ivoire qu’on dit chérir dans ses discours nationaliste : c’est un nationalisme instrumental. Refuser sa défaite n’est pas le signe d’un grand homme. C’est celui d’un orgueil mal placé là où c’est le peuple qui dicte sa décision. Être démocrate, c’est aussi respecter le peuple et savoir perdre.

Avec cet épisode, Laurent GBAGBO, considéré comme un combattant par certains Africains, montre qu’il n’est pas pour l’Afrique combattante et la démocratie. Un vrai combattant respecte le peuple et s’en irait s’il a perdu un combat démocratique. Il continuerait son combat dans l’opposition. Aller contre le peuple fait de Laurent GBAGBO, non seulement un dictateur, mais aussi un Président à la légitimité douteuse et très affaiblie, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

On ne "trafiquotte" pas juridiquement une victoire alors que le peuple souverain a décidé du contraire. C’est placer le pays au bord d’un profond précipice.

La bonne nouvelle, à mon sens, c’est que le vent de la démocratie souffle dans la bonne direction en Afrique Noire car le cas ivoirien est une preuve supplémentaire que la peur est plus que jamais du côté des tricheurs et des dictateurs. On ne peut pas défendre la souveraineté de son Etat en ne respectant pas la voix de son peuple !

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Paulus 09/12/2010 14:05


Votre article sur le hold-up électoral en Côte d'Ivoire est le plus mauvais article de journal qui puisse exister. D'abord, quand on écrit un article comme celui-là, c'est pour informer et
instruire ceux qui vous lisent. mais là, vous les abrutissez. Tellement vous êtes loin du vrai. Je suis journaliste et mon sang a fait un tour quend j'ai parcouru cet article. Enfin, etiez-vous
obligé de parler d'un sujet que vous ne maitrisez pas? Je comprends pourquoi l'Afrique n'vancera pas. Parce qu'il yaura toujours des africains comme vous pour soutenir des putschistes. Ce n'ai pas
parce que vous connaissez le plus grand brigand du monde que vous allez vous ataquez aux bien de tous ceux que vous croisez sur votre chemin. Pour votre gouverne, sachez que Alassane ouattara tient
coute que coute à devenir président de la République. Il compte sur ses amitiés, un gros lobbiying dans le monde des affaires internationales. Il tente depuis 1999 un coup de force qui ne marche
pas. Depuis 2002, ils font croire que Gbagbo est minoritaire et prennent de largent avec des puissances mais la réalité du terrain est là. la preuve malgré son alliance avec le vieux parti (Pdci)
ils ont du mal à faire bouger Gbagbo. L'autre fait qui m'éceure, c'est que vous parler des élections. avec une Cie que vous qualifiez d'indépendante... cici encore il faut savoir que cete
commission formée au plus fort de la crise comporte est composée 90 pour cent des membres de lk'opposition. Gabgbo ayant les mains liées a été obligé d'accepter cela comme tel. même le président de
cete commission n'était pas indépendant (il est membre du grand conseil du pdci, parti allié à Alassane ouattara). Ils ont poussé Gbagbo à aler aux elctions alors même que le pays est divisé et
sachant que Gbagbo n'a aucun controle sur l'autre moitié du territoire contrôlé par les rebelles armés par Alassane ouatara et sa comunauté internationale. Malgré tout cela ils ont du mal à
déraciner Gbagbo et font intervenir, l'onu, la France et tous leurs suiveurs de chefs d'etat africain. Les observateurs de l'Union européenne tranportés et orientés par les rebelles dans leurs zone
ont fermé les yeux sur les barabaries de ceux-ci sur les quelques fanatiques de Gbagbo. En fait, on les envoie visiter les bureaux de vote et juste après leur départ, ont chassait, on brimait et
tuait les pro Gbagbo. Là ou les observateurs de l'Union africaine sur les lieux depuis des jours ont pu vivre les réalités sur le terrain. Mais comme ce sont des africains, l'on setime qu'ils ne
sont pas crédibles. tout a été concu et planifié par alassane ouattara et ses amais de la communauté française pour qu'il gagne. S'il faut parler de hold up, c'est bien la coimmunauté international
et Alassane Ouattara qui veulent le faire. Mais Dieu n'aime l'injustice. Les jours à venir nous situeront. Dommage que vous en tant que congolais qui vivez presque ces même réalités au quotidien
choisissez de vous comporter de la sorte. Je comprends bien désormais pourquoi le Congo souffre tant....


African 05/12/2010 19:55



Je pense a mon avis que votre article est partisan , car il ne mentionne pas que malgre les 10 ans que Gbagbo a passe au pouvoir , il avait essuye 2 coup d'etats , et en plus , celui quil defends
, a dit qu'1 fois elu , il sera sur l'autorite de Konan Bedie , et il a nomme Soro . La CEI nest pas habilete a proclamme les resultats non consolide , et meme , c;est la CCI qui les avait
proclamme au 1 tour , qui est hors la loi , envers les institutions de la Republique ? Je ne suis ni pour Gbagbo , ni pour Ouatattara , JE SUIS POUR CELUI QUI DEFENDS LES INTERETS DE L'AFRIQUE ET
DU PAYS EN PARTICULIER . REGARDANT LES FAITS , RIEN QUE LES FAITS OBJECTIVEMENT . Obama , n'a t-il pas dit que l'Afrique n'a pas besoin des Hommes forts , mais plutot , des Institutions
Fortes.... suivez mon regard ... 


http://www.rti.ci/cgi-bin/page.cgi?...



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf