Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 02:47

Christian OKOUNA et ses Avocats n’ont pas la même stratégie !

avocatLe 18 janvier 2011, l’affaire Christian OKOUNA/Jean PÉTRO était à sa quatrième journée d’audience. Malgré une pluie diluvienne qui a pratiquement rendu le Palais de justice de Pointe-Noire inaccessible, l’assistance était venue nombreuse pour suivre cette audience.

Et pour cause ! Il était attendu la décision du Tribunal sur les exceptions de procédure soulevées par les Avocats de l’ancien Bâtonnier national Jean PÉTRO. Eventuellement, le Tribunal allait procéder à l’interrogatoire sur le fond.

Evidemment, les deux protagonistes, Christian OKOUNA et Maître Jean PÉTRO étaient présents. Nous avons noté aussi, comme d’habitude, la présence de la Presse invitée visiblement par Monsieur Christian OKOUNA lequel, doit certainement se livrer en spectacle. Enfin, et naturellement, les Avocats des deux parties étaient également présents.

Il était un peu plus de 12Heures lorsque le Président du Tribunal a appelé l’affaire et a lu la conclusion du Jugement Avant dire le droit sur les questions de procédure mises en avant par les Avocats de Maître Jean PÉTRO.

Sans expliquer ses motivations, le Tribunal a passé outre les exceptions soulevées par les Avocats de la défense, préférant ainsi aborder le fond du litige, à la satisfaction de Monsieur Christian OKOUNA, ravi sans doute de pouvoir, ainsi, "clouer son ancien Tonton au pilori".

Les milieux proches du dossier ont indiqué à nos enquêteurs que cette décision, faut-il le préciser, qui ne préjuge pas du fond du litige s’explique par le fait que le Tribunal a souhaité éclairer le public sur les tenants et les aboutissants de l’affaire. Soit…

Les exceptions écartées, le Tribunal a donc pu examiner le fond de l’affaire par l’interrogatoire des parties.

Maître Jean PÉTRO ayant confirmé son intention de plaider non coupable, le Tribunal a donc appelé Monsieur Christian OKOUNA à la barre, pour apporter la contradiction.

Sans surprise, Monsieur Christian OKOUNA s’était d’abord présenté comme ancien Directeur Général de MagAlloy Congo SA. Il s’était défini aussi comme un cadre très compétent, à moins de 40 ans, et dépourvu tant d’un état de services que de références académiques sérieuses.

A ce propos, il s’était trouvé dans la salle des individus qui s’étaient interrogés si Monsieur Christian OKOUNA était même titulaire du baccalauréat, à l’entendre s’exprimer ou s’il devait sa position aux accointances de sa famille avec le pouvoir ; en fait rien de tout ça.

La vérité est que, Monsieur Christian OKOUNA qui n’a aucune notion dans les affaires et dans la direction d’une entreprise avait raté son bac deux fois au Congo Brazzaville ; il s’était trouvé impliqué dans le contrat des potasses grâce à la générosité naïve de Maître Jean PÉTRO qui l’avait quasiment adopté lors de leur rencontre en Afrique du Sud.

C’est encore grâce aux recommandations de Maître Jean PÉTRO que les actionnaires de MagIndusties qui avaient besoin d’un directeur local au Congo Brazzaville avaient nommé Monsieur Christian OKOUNA Directeur Général de MagAlloy Congo SA.

Poursuivant son intervention, Monsieur Christian OKOUNA avait prétendu que Maître Jean PÉTRO aurait "volé" son argent avec "la complicité" d’un de ses Confrères parisiens. Il avait ajouté que Maître Jean PÉTRO ne serait pas intervenu dans son dossier contre MagIndustries, dossier à l’origine du conflit. 

Revenant à la barre, Maître Jean PÉTRO, avait contesté les affirmations de Monsieur Christian OKOUNA. Il avait notamment soutenu, pièces à l’appui, qu’il avait effectué un travail d’Avocat dans ce dossier. La preuve en est qu’il y a des écrits dans le dossier dans lesquels Monsieur Christian OKOUNA promet de rémunérer son travail.

De plus, Maître Jean PÉTRO avait révélé au Tribunal qu’il avait avancé, en janvier 2010, plus de 20.000.000 FCFA de frais de procédure pour Monsieur Christian OKOUNA, ce qu’il n’aurait pas fait s’il n’avait pas été son Avocat.

Pour enfoncer le clou, Maître Jean PÉTRO avait signalé au Tribunal deux écrits pour confirmer ses affirmations :

-        une correspondance datée de Mars 2009 des adversaires de Monsieur Christian OKOUNA qui lui disent qu’en cas de règlement amiable, ils assumeraient eux-mêmes les honoraires de Maître Jean PÉTRO. Cette correspondance reçue directement par Monsieur Christian OKOUNA avaient été transmise à Maître Jean PÉTRO par Monsieur Christian OKOUNA lui-même, qui ne l’aurait pas fait, s’il n’avait pas conscience que Maître Jean PÉTRO était son Avocat.

-        une correspondance datée de Juin 2010 d’un prétendu Conseiller juridique de Monsieur Christian OKOUNA qui lui-même prend Maître Jean PÉTRO pour Avocat, en accord avec Monsieur Christian OKOUNA, pour que Maître Jean PÉTRO l’assiste comme il avait l’a fait pour Monsieur Christian OKOUNA !

Il existe bien un Protocole d’Accord dans lequel, Monsieur Christian OKOUNA s’engage à verser des honoraires à Maitre Jean PÉTRO.

A la suite de cette confrontation, les observateurs ont observé qu’il y avait maintenant deux sons de cloche dans le camp Monsieur Christian OKOUNA. Pendant que lui-même s’évertuait à nier la qualité d’Avocat à Maître Jean PÉTRO, ses Avocats, au contraire, s’étaient ingéniés à rechercher la responsabilité de Maître Jean PÉTRO, sur ce terrain !

Cette contradiction n’avait certainement pas échappé aux Juges et à la "Presse" locale qui nous sert depuis le début de cette affaire des pages "Magazine". La suite de l’affaire sera évoquée le 1er Février 2011.

MagAlloy Congo SA est une société de droit congolais spécialisée dans la recherche minière. Elle est une filiale de la société MagIndustries, société enregistrée aux Iles Barbades et cotée à la Bourse de Toronto (Canada).

La société Magindustries est détentrice d'un permis de recherches minières, dit potasse du Kouilou, attribué par la République du Congo pour les sels de magnésium, de sodium et des sels connexes.

Le groupe MagIndustries est une entité économique composée de plusieurs filiales : MagEnergy, qui développe l'énergie ; MagAlloy, qui regroupe MagMinéral pour la production de la potasse, notamment le sel de table, les engrais, les minerais et l'agriculture puis MagMétals, qui assure la transformation du magnésium ; MagForestry, qui s'occupe du développement du secteur forestier.

L’Affaire OKOUNA/PÉTRO trouve racine dans la spéculation boursière (car dès que MagIndutries signe le contrat d’exploitation au Congo Brazzaville, ses actions se valorisent à la bourse de Toronto) puis dans la gourmandise de Monsieur Christian OKOUNA qui, depuis qu’il a goûté aux délices de l’argent facile, en veut toujours plus comme son mentor et oncle monsieur Pierre OTTO MBONGO qui était considéré "l'éminence grise dans les milieux financiers"  au Congo Brazzaville sous SASSOU I.

Le Groupe Pierre Otto MBONGO (GPOM) comprenait à la fin des années 1980 pas moins de treize sociétés à Brazzaville et à Pointe-Noire, qui allaient de la fabrique de peinture à l'avitaillement maritime, de l'informatique à la quincaillerie, de la distribution - le supermarché GB - à l'hôtellerie. En 1994, les activités du GPOM s'étendaient à l'Afrique du Sud et dans le sud de la France.

Dès 1991, la plupart des sociétés du groupe croulaient sous les dettes et les arriérés d'impôts.  En 1994, le groupe ne pouvait plus rembourser les 10 milliards de francs CFA qu'il devait à la Banque internationale de développement du Congo (BIDC).

Le 2 avril 1996, la BIDC demande la mise en faillite de Pierre Otto MBONGO. Ce dernier sera arrêté le 10 septembre 1996 par la police de Pascal LISSOUBA et inculpé de banqueroute frauduleuse le 17 septembre 1996.Toutefois, Pierre Otto MBONGO s'était exilé en République d'Afrique du Sud en décembre 1996 après son séjour en prison. Sa présence fut signalée à Brazzaville en février 1998, trois mois après le retour de Denis SASSOU NGUESSO au pouvoir.

Voilà dans quel atmosphère baignait notre homme d’affaire émérite Monsieur Christian OKOUNA.

Depuis le début, c’est Maître Jean PÉTRO, avocat d’affaires qui était à la manœuvre. C’est lui le premier qui entend parler des intentions de MagIndustries au Congo Brazzaville, c’est encore Maître Jean PÉTRO qui, grâce à son carnet d’adresse, fait ouvrir toutes les portes à Christian OKOUNA pour l’obtention de toutes les signatures nécessaires à l’obtention d’un permis minier au Congo Brazzaville ; et c’est enfin lui qui va négocier avec MagIndustries et obtenir les sommes exorbitantes en faveur de son client d’alors Monsieur Christian OKOUNA.

Au cours du mois de mai 2009, une décision du Tribunal de commerce de Brazzaville avait condamné le Groupe MagIndustries à dédommager Monsieur Christian OKOUNA relativement au litige qui les opposait et, Maître Jean PETRO défendait les intérêts de Monsieur Christian OKOUNA.

Pour donner raison à Monsieur Christian OKOUNA, la justice congolaise avait considéré les faits suivants :

-        Monsieur Christian OKOUNA avait largement contribué à l’émancipation et au développement du Groupe MagIndustries au Congo Brazzaville ;

-        les partenaires expatriés de Monsieur Christian OKOUNA avaient largement tiré profit des fruits de ce travail ;

-        Monsieur Christian OKOUNA avait été délibérément et injustement exclu de la répartition des fruits de son travail.

Il n’est pas hasardeux de penser que les magistrats avaient choisi la voix de la justice et de l’équité. En fait tout le mérite de ce jugement revenait au talent et à la sagacité de Maître Jean PÉTRO car la bonne foi des juges pouvait bien se heurter aux faits suivants :

-        MagIndustries est présente dans l’opinion publique congolaise ;

-        était présent dans son Conseil d’Administration, Monsieur Moustapha NIASSE, homme politique sénégalais très introduit dans les palais présidentiels d’Afrique Centrale comme l’indique le site internet de Magindustries ;

-        depuis 2008, Monsieur Hubert PENDINO, un proche de SASSOU NGUESSO (selon le site web de Magindustries) était devenu actionnaire de MagIndustries. Lire le portrait de Hubert PENDINO l’escroc décoré de l’ordre national du mérite : http://mampouya.over-blog.com/article-hubert-pendino-l-escroc-decore-de-l-ordre-national-du-merite-41186277.html

En d’autres temps et sous d’autres cieux africains, une telle proximité avec les palais présidentiels aurait pesé sur la décision du Tribunal en faveur de la multinational. Il semble que des démarches avaient été tentées vers certains palais présidentiels de la sous-région ; mais, l’ancien Bâtonnier national, ex président du rotary club, Maître Jean PÉTRO avait aussi semble-t-il fait jouer aussi son carnet d’adresse.

Cette décision qui était intervenue au lendemain de la dernière session du Conseil Supérieur de la Magistrature pouvait être considérée comme prémices de la volonté affichée du Congo Brazzaville à crédibiliser sa justice car un citoyen congolais avait pu gagner un procès contre un puissant groupe industriel multinational…

Entretemps, l’affaire "Ourson bleu" sera examinée le 25 Janvier 2011 pour entendre les explications du Dr Philippe KALINA, le frère de Maître Lionel KALINA MENGA. Monsieur Aimé NKOUKA le propriétaire de l’immeuble "Ourson bleu" aura pour avocat Maître Jean PÉTRO.  

Cette fois-ci, Philippe KALINA viendra sous escorte policière car devant son entêtement à ne pas comparaitre, le Tribunal avait délivré un mandat d’amener contre lui.

Tous les ingrédients d’une grande bataille judiciaire sous couvert de règlements de compte et de rivalités avec des avocats corrompus qui ont des accointances avec les hommes politiques et la franc-maçonnerie locale sont réunis ; il risque d’y avoir du sport avec les plus grands ténors du barreau de Pointe-Noire.

On se demande bien pourquoi cette affaire échappe toujours à notre "Presse locale !" ; n’y a-t-il pas un brillant homme d’affaire pour payer le transport à nos journaleux et reporters émérites de la presse locale ? En tout cas nos enquêteurs y seront…

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf