Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 18:49

Fatou, Sénégalaise d'une quarantaine d'années, entre dans l'une des innombrables échoppes qui vendent des produits "afro-cosmétiques", des perruques et des mèches de cheveux lisses, rue Poulet, dans le 18e arrondissement de Paris : "Bonjour monsieur, ma fille de 20 ans a des taches sur la peau, je voudrais une crème qui les efface."

Le vendeur, d'origine indienne, lui montre le rayon très fourni des laits, savons, gels et crèmes "blanchissants" ou "éclaircissant". Fatou fait la moue. Ces produits-là, elle les a déjà essayés, et ils ne sont pas efficaces...

Il lui tend alors un pot de crème fabriquée aux Etats-Unis, de la marque Clear Essence : "Prenez ça, c'est très bien", dit-il. "Dans cette marque, je préférerais la crème avec un emballage rose", répond Fatou.

Le vendeur se dirige alors vers son arrière-boutique et revient avec ce qu'elle lui demande : un pot de "medicated fade creme", contenant 2 % d'hydroquinone, substance interdite dans l'Union européenne pour ses effets cancérigènes. Il le lui vend 8,50 euros.

Constatant combien il est facile de se procurer ces produits, la Mairie de Paris a lancé, début novembre, une campagne d'information sur leurs dangers, intitulée "Séduire... Oui ! Se détruire... Non !"

"Nous organisons cette campagne dans les 18e, 19e et 10e arrondissements de Paris, où vit une importante population afro-antillaise, pour essayer de modifier les comportements", indique Jean-Marie Le GUEN, adjoint au maire de Paris, en charge de la santé publique et des relations avec l'Assistance publique Hôpitaux de Paris. "Nous estimons que 15 % à 20 % des jeunes filles utiliseraient ces produits", précise-t-il.

La Ville a débloqué quelque 30 000 euros pour concevoir une affiche - placée sur une trentaine de panneaux Decaux -, un fascicule et une petite bande dessinée, Beauté d'ébène, qui sont distribués dans les centres de protection maternelle et infantile (PMI), de santé ou les caisses d'allocations familiales.

Le docteur Antoine PETIT, dermatologue à l'hôpital Saint-Louis, dans le 10e arrondissement de Paris, connaît bien les dégâts que provoque, à long terme, l'éclaircissement de la peau.

Il les décrit en tête du fascicule : "Taches, boutons, barbe, vergetures, peau fine comme du papier à cigarettes qui ne cicatrise plus, mauvaises odeurs..." Sans compter l'hypertension et le diabète, liés aux substances qui vont dans le sang. "Certaines femmes arrivent quasiment défigurées", ajoute Agnès GIANNOTTI, médecin généraliste à la Goutte- d'Or et directrice bénévole de l'association Uraca (Unité de réflexion et d'action des communautés Africaines), qui, dans le 18e arrondissement, prévient les populations migrantes Africaines des dangers du sida et du blanchiment de la peau. C'est à l'Uraca que travaille Fatou...

Les crèmes éclaircissantes autorisées dans le commerce étant d'une faible efficacité, nombre de femmes utilisent des produits interdits : l'hydroquinone, qu'elles peuvent se procurer sur Internet, sa vente étant encore autorisée aux Etats-Unis, ainsi que des dérivés de la cortisone.

"Beaucoup de femmes obtiennent ces dermocorticoïdes de leur médecin pour soigner une petite tache, mais les détournent ensuite de leur usage", constate le docteur GIANNOTTI.

Il y a un an, le Conseil de Paris votait, à l'unanimité, en faveur de cette campagne, réclamée par IAN BROSSAT, le président du groupe communiste, après la saisie par la police de plus de 2 000 articles cosmétiques interdits dans deux boutiques du boulevard Barbès.

M. BROSSAT avait été sensibilisé à la question par Isabelle MANANGA, fondatrice de l'association Label beauté noire, qui milite depuis longtemps contre ce phénomène dans toute la France.

"Dans les lycées où je me rends, les jeunes disent que pour être à la mode, il faut avoir la peau claire, comme les chanteuses Rihanna ou Beyoncé. La réussite de Barack OBAMA ne facilite pas les choses, car il est métis. Le seul modèle positif noir qu'ils citent est Rama YADE. Il en faudrait beaucoup plus !", observe Mme MANANGA.

Pour Patrick LOZES, président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN), "le phénomène est lié à une certaine hiérarchie mélanique : les métis subissent deux fois moins de contrôles au faciès que les Noirs. Ils se disent moins souvent victimes de discrimination raciale dans la vie de tous les jours que les Noirs. Les femmes qui s'éclaircissent la peau se disent : "En étant moins noire, je vais grimper dans la hiérarchie." Elles n'ont jamais entendu dire qu'il est positif d'être noir."

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

otschapovski 14/11/2009 12:36


si il est positif d'être noir, bon maintenant on doit dire "homme de couleur", jamais je n'ai pensé être raciste en disant noire , bref mesdames ne vous faites pas de soucis vous étes" très
belles" et suscitez bien des jalousies  une mamie de France


  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf