Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 23:08

Portrait d’un "rat" de jardin nommé Alain AKOUALA ATIPAULT

A l’envoyé spécial de Radio France Internationale (RFI) à Brazzaville en 2002, Boniface VIGNON pour ne pas le citer, Alain AKOUALA ATIPAULT, alors ministre de la Communication chargé des Relations avec le Parlement et porte-parole du Gouvernement, confiait avec suffisance : "Je suis un homme libre ; je ne suis pas lié et je ne dois rien à personne ; même pas à SASSOU…"

Par Prosper MOKABI DAWA

Prosper Mokabi DawaServis pour séduire, construire et peaufiner une fausse image "d’électron libre" tout droit sorti de la cuisse de Jupiter pour occuper "ex nihilo" le devant de la scène politique congolaise, ces propos du "cerveau bleu" sont aux antipodes de la réalité et constituent une véritable fable politique.

De son "ténébreux" séjour en France à son retour à Brazzaville au lendemain de la conférence nationale, Alain AKOUALA ATIPAULT n’aura fait que profiter des autres en les payant, la plupart du temps, par l’ingratitude la plus abjecte.

Alain NDALLA, un de ses anciens "amis" qui occupe actuellement le poste de directeur des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) au sein du ministère des postes, télécommunications et NTIC dirigé par Thierry LIEZIN MOUNGALLA en sait quelque chose.

Associé à Alain AKOUALA ATIPAULT dans une agence-conseil en communication installé à l’ex hôtel Méridien - devenu LAÏCO depuis sa privatisation et son rachat par les Libyens, il avait, entre autres, fait jouer ses relations avec feu le Général Alfred RAOUL pour décrocher le marché de la réalisation de l’annuaire téléphonique de la République du Congo.

Obligé entretemps de partir en France, il apprendra à son retour qu’Alain AKOUALA ATIPAULT avait encaissé la totalité de la facture, sans réaliser ni livrer le fameux annuaire. Cerise sur "le gâteau", Alain AKOUALA ATIPAULT l’avait désigné comme étant principal responsable de cette "escroquerie".

Ecœuré par tant de malhonnêteté et de duplicité, Alain NDALLA quitta l’agence qui ne tarda pas à fermer ses portes. Tel un boulet au pied, Alain NDALLA traînera longtemps cet ignominieux mensonge dans le milieu dirigeant de l’ex- ONPT. Alain NDALLA parti, ce qui devait arriver arriva. L’agence tomba en faillite et mit la clé sous le paillasson.

A l’image de la cigale, au lieu de travailler, Alain AKOUALA ATIPAULT passait le plus clair de son temps au centre international de presse (CIP) à chanter et danser, engoncé dans veste rouge élimée, usée aux épaules et aux coudes, le nez chaussé des lunettes rondes de myope cerclées de fer qui lui valurent le surnom de "binoclard" de la part de Jean Claude BONGOLO, le fondateur et directeur de publication de l’hebdomadaire "La Rue Meurt".

Itinéraire politique d’un arriviste

Véritable produit de la presse, la fréquentation du CIP (Centre International de la Presse) n’aura rapporté que du bonheur au "binoclard".

Le micro complaisamment et régulièrement tendu pour lui permettre de s’exprimer sur les ondes de RFI et de la Voix de l’Amérique finit par le faire remarquer de Denis SASSOU NGUESSO, sans doute un peu "aidé" par l’homme d’affaires Pierre AÏM, un ancien ami de Vincent BOLLORE. Un des rares amis occidentaux de Denis SASSOU NGUESSO, avec Jean Yves Ollivier et un certain DUPIN, autorisés à fouler régulièrement les allées de MPILA, défiant l’incertitude d’une conjoncture de crise politico-militaire aigüe.

Lors de ses multiples séjours à l’ex- hôtel Méridien, Pierre AÏM, très intéressé par les médias et la communication, découvrit Alain AKOUALA ATIPAULT et l’adopta, l’impliquant dans ses projets dont la réparation par la SNCF International des ponts détruits du CFCO.

C’est dans le cadre de ce projet qu’il fut mis à la disposition d’Alain AKOUALA ATIPAULT une "Hyundai" avec laquelle il paradait dans la ville et qui faillit lui être ravie sur l’avenue de la paix par un commando armé muni d’un ordre de mission de l’amiral NGOMBE.

En sa qualité de DG du CFCO, ce dernier estimait de son devoir de récupérer un véhicule appartenant à son entreprise. Il fallut l’intervention personnelle d’Edgard NGUESSO alias "DDP" pour qu’Alain AKOUALA ATIPAULT échappe, in extremis, aux griffes des hommes de l’amiral.

Alain AKOUALA ATIPAULT n’aura cependant cure de dénigrer son "sauveur", le décrivant comme un jaloux, un voleur et un jouisseur. Au même titre qu’Hugues NGOUÉLONDÉLÉ, le maire de Brazzaville à qui il attribue, entre autres, son échec aux législatives de 2007 à GAMBOMA et un rendez-vous manqué avec feu Omar BONGO.

Envié et courtisé en face, Hugues NGOUÉLONDÉLÉ est méprisé et dédaigné dans le dos, traité d’incapable par Alain AKOUALA ATIPAULT qu’il a toujours reçu avec bienveillance, de même que sa femme Ninelle, la petite sœur d’Edith Lucie BONGO et fille de Denis SASSOU NGUESSO.

Instruit par Denis SASSOU NGUESSO, feu Ambroise Edouard NOUMAZALAYI recourut à Alain SHUNGU, correspondant de RFI et de la Voix de l’Amérique, pour s’informer sur l’illustre inconnu qu’était Alain AKOUALA ATIPAULT, avant de l’adouber comme membre de la direction de campagne du candidat Denis SASSOU NGUESSO, puis ministre de la Communication chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole dans le Gouvernement formé au lendemain de l’élection présidentielle de 2002.

Pour la galerie, Alain AKOUALA ATIPAULT a toujours expliqué un tout autre processus. Selon lui, c’est Denis SASSOU NGUESSO lui-même qui l’aurait contacté, séduit par ses analyses politiques et ses interventions sur les antennes des radios Internationales.

"Je n’ai ne jamais été demandeur, c’est le Président qui avait besoin de mes compétences", claironnait-il pour épater les journalistes et autres visiteurs de passage dans son bureau. Belle ingratitude vis-à-vis de celui qui l’avait sorti de l’ombre, faisant fi du fait qu’il n’avait pas décroché le BAC !

Peu après sa nomination au Gouvernement, la question relative à ses études avait en effet surgi dans les médias. Ghislin Simplice ONGOUYA, journaliste iconoclaste, défunt fondateur et directeur de publication du journal "l’Observateur", sera le premier à lever le lièvre en affirmant qu’Alain AKOUALA ATIPAULT n’avait pas obtenu son baccalauréat.

La levée des boucliers qui s’ensuivit révéla vite le caractère "sensible" du sujet. Un véritable tendon d’Achille pour Alain AKOUALA ATIPAULT.

Alors qu’au nom des enfants de Poto-Poto (un quartier de Brazzaville) et du soutien à la jeunesse montante au sein du Gouvernement pour changer des mœurs politiques qu’ils pourfendaient tous les deux – du moins en apparence – avec la même impétuosité et la même virulence, Ghislin Simplice ONGOUYA alias le "Sérénissime Grand maître Corbeau" avait accepté de bon cœur de fumer le calumet de la paix et d’enterrer la hache de la guerre du BAC "litigieux", Alain AKOUALA ATIPAULT avait au contraire gardé la dent dure.

Malade, Ghislin Simplice ONGOUYA ne bénéficiera pas du soutien moral et financier qu’il fut en droit d’attendre en vertu du "deal" conclu pour oublier le sombre épisode du BAC. En bon croque mort, Alain AKOUALA ATIPAULT attendit sa mort pour verser des larmes de crocodile sur sa dépouille à BACONGO.

Du jour au lendemain, ses portes se fermèrent hermétiquement sur les collaborateurs de Ghislin Simplice ONGOUYA à qui il avait promis aide et soutien au nom de son "frère".  Las ! Malgré plusieurs courriers et maint aller-retour à son cabinet, ces derniers ne réussiront jamais à obtenir l’aide promise. Moins encore sa contribution à la célébration des anniversaires de la mort de celui que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de "héros de la liberté de presse". Chez Alain AKOUALA ATIPAULT, la vengeance est un plat qui se mange "très chaud"  

C’est dans le cadre de sa joute avec la presse sur son bac raté qu’Alain AKOUALA ATIPAULT sortira de son chapeau de prestidigitateur le poste de directeur commercial qu’il aurait occupé à l’âge de 25 ans dans une usine textile à NANCY en France et ses fonctions de consultant au comité de privatisation.

Un "écran de fumée" qui n’a pas apparemment ému grand monde. Enfant de Poto-Poto proche de Ghislin Simplice ONGOUYA, fondateur et directeur de publication du magazine "Vision pour Demain", MFUMU FYLLA de SAINT EUDES alias "bwana kitoko" enfoncera davantage le clou en déclarant Alain AKOUALA ATIPAULT est "un cancre qui a réussi une véritable performance dans la médiocrité en ratant son BAC". Comme c’était joliment dit !

En réalité, parti de Brazzaville sans BAC, Alain AKOUALA ATIPAULT débarqua en France en "aventurier" privé de la possibilité de poursuivre des études supérieures. De ce fait, il n’aurait jamais mis les pieds dans une université ou une école supérieure, encore moins usé ses fesses sur les bancs de l’amphithéâtre d’une quelconque faculté.

A propos d’études en France, Alain AKOUALA ATIPAULT distille lui-même à compte gouttes qu’il aurait suivi des "formations" tantôt dans une filière commerciale, tantôt dans la communication. Une langue fourchue affirme à ce propos que sa véritable "spécialisation" en France se serait faite dans le "gardiennage". Une activité physique éprouvante et très exposée aux rigueurs de l’hiver, dont il aurait d’ailleurs gardé, ainsi qu’il l’avoue dans ses rares moments de lucidité et de sincérité, des séquelles physiques.

Vu le "profil" de directeur commercial d’un site industriel en France, et tenant compte de sa propension "quasi obsessionnelle" au mensonge, à la mythomanie et à l’affabulation, il paraît beaucoup plus vraisemblable, voire même réaliste, que le poste de directeur commercial en France tant vanté n’ait été qu’un petit poste de gardien d’usine. Autant dire l’équivalent d’un poste de gardien des chèvres au Rwanda...

Dans la foulée s’expliquent ses fonctions de consultant au comité de privatisation. Contrairement à ce qu’il a toujours affirmé, Alain AKOUALA ATIPAULT n’a pas été sélectionné par la Banque Mondiale après un appel à candidatures. Il avait plutôt été "recommandé" par Arlette NONAULT pour la remplacer au pied levé.

Nièce de Denis SASSOU NGUESSO, discrète et très influente, Arlette NONAULT est l’épouse de François SOUDAN, directeur de la rédaction de Jeune Afrique, un magazine devenu une machine à sous spécialisée dans la diffusion des publi-reportages à la gloire des dictateurs africains.

A cause de la lutte d’influence à laquelle se livraient autour du président Pascal LISSOUBA Madame Claudine MUNARI, sa directrice de cabinet et sa fille Mireille LISSOUBA, secrétaire exécutif du comité de privatisation, Arlette NONAULT qui fût obligée de choisir, céda son poste au comité de privatisation à Alain AKOUALA ATIPAULT en informant simplement la Banque Mondiale.

Une véritable double faveur et jack pot. En le rapprochant de Mireille LISSOUBA, Arlette NONAULT donna l’occasion à "trois A" l’occasion d’obtenir plus tard gratuitement un passeport et d’encaisser des frais de "mission" du ministère de l’Intérieur pour rencontrer Mireille LISSOUBA en exil à Abidjan.      

Ce qui n’avait pas empêché encore une fois Alain AKOUALA ATIPAULT, selon ses bonnes vieilles habitudes, de poignarder sa bienfaitrice dans le dos, en racontant à qui voulait l’entendre qu’Arlette NONAULT avait été "limogée pour incompétence" par la Banque Mondiale. Encore et toujours le mensonge, la mythomanie et l’ingratitude !

Un rat d’égout prédateur de la presse

Dans son fauteuil de ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement, Alain AKOUALA ATIPAULT avait tôt fait d’extérioriser sa double face de "Janus", le Dieu grec avec une moitié du visage baignant dans l’obscurité.

A l’instar de Ghislin Simplice ONGOUYA, nombreux seront les journalistes qui paieront le prix fort pour avoir contemplé de trop près cette face sombre et hideuse en quête de mystification. 

L’une de ses victimes les plus inattendues ne fut autre qu’Alain SHUNGU, le célèbre reporter de RFI à Brazzaville, celui-là même que le "cerveau bleu" présentait partout comme son "frère" et un fidèle compagnon. Avec raison car ce dernier fut l’un de ses plus importants soutiens en lui tendant régulièrement le micro de RFI et de la Voix de l’Amérique, puis en lui présentant les journalistes étrangers de passage au Congo Brazzaville.

C’est grâce à Alain SHUNGU qu’Alain AKOUALA ATIPAULT put participer aux obsèques de Jean HELENE (le correspondant de RFI qui fût assassiné à Abidjan le 21 octobre 2003) à Strasbourg en France en tant qu’unique ministre représentant un gouvernement africain.

Tous ces bons et loyaux services rendus "amicalement", sans compter le rôle joué auprès du général Pierre OBA pour la mission à Abidjan, n’avaient pas empêché Alain AKOUALA ATIPAULT de saquer son "ami" Alain SHUNGU auprès de la rédaction de RFI à Paris.

Ce dernier était soudainement devenu, par un tour de passe-passe dont il a seul le secret, "un incompétent" dont le gouvernement congolais ne voulait plus, alors qu’il avait toujours déclaré dans les cénacles du pouvoir qu’il était sous son "contrôle".

A Catherine NININ de RFI qu’il avait fait expulser pour s’être rendue sans autorisation dans le département du Pool interviewer le pasteur NTOUMI en affrétant un petit porteur, Alain AKOUALA ATIPAULT expliquera hypocritement et sans honte que c’était Alain SHUNGU, membre de la mission, qui l’avait "vendue" au service de la documentation présidentielle.

Un coup particulièrement tordu et vicieux, quand on sait qu’à son retour à Brazzaville, Catherine NININ aimablement qualifiée de "vieille peau ménopausée" par Alain AKOUALA ATIPAULT fut humiliée et brutalisée avant d’être littéralement "jetée" dans le premier avion pour Paris.

Depuis l’éviction d’Alain SHUNGU et son remplacement par Laudes Martial MBON qui est de la même ethnie "bangangoulou" que "le cerveau bleu", RFI peine à couvrir l’actualité du Congo Brazzaville. Ce que recherchait sans doute Alain AKOUALA ATIPAULT pour mieux servir son pays et son chef…

Durant son mandat au ministère de la Communication, une véritable chasse aux sorcières fut lancée contre les journalistes de la presse internationale dont il partagea naguère les bureaux.

En dehors d’Alain SHUNGU, Alain AKOUALA ATIPAULT s’était aussi attaqué à deux correspondants de la BBC, François BIKINDOU et Saïd PENDA, qu’il encourageait pourtant à tirer à boulets rouges sur le pouvoir. Naïfs, aveuglés par un discours ronflant, ces derniers s’étaient laissé manipuler. François BIKINDOU fut obligé de s’exiler en Europe, tandis que Saïd PENDA dont l’accréditation était arrivée à terme fut envoyé par sa radio en Afrique du Sud.

Alain AKOUALA ATIPAULT aura également essayé de "durcir" la procédure d’accréditation des correspondants de presse étrangère, pendant que les médias placés sous sa tutelle croulaient sous l’absence des moyens, leur budget annexé au sien n’étant jamais été libéré. Chercher l’erreur…

Les rares journalistes ayant sa faveur avaient été endormis sous des tonnes des fausses promesses.

Anecdotique est le cas de Patrick OKAMBA, correspondant d’ASSOCIATED PRESS (AP) à qui Alain AKOUALA ATIPAULT avait promis une voiture, puis s’était rétracté sans crier gare en affirmant qu’il blaguait. "Son grand frère Firmin AYESSA qui est à la présidence ne lui a pas acheté de voiture et il veut que ce soit moi qui lui en achète ! Faut quand même ne pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages", dira-t-il avec désinvolture en réponse à une "piqûre de rappel" de Patrick OKAMBA faite au téléphone.

Habité par une félonie sans nom qui lui ferait vendre sa mère sans états d’âme, Alain AKOUALA ATIPAULT en est finalement venu à se prendre pour une "terreur" dans la classe politique congolaise.

Au même Boniface VIGNON de RFI, il confiera en effet : "SASSOU m’a fait faire le sale boulot avec l’affaire des Disparus du Beach, alors que je n’étais pas là pendant qu’ils tuaient les enfants d’autrui (...) Il sait que je peux être très dangereux pour son pouvoir si je me retrouve à l’opposition. C’est un trouillard. Le jour où il me sort du gouvernement, il signe sa mort politique…"

Dans le fleuve, le manguier et la souris, le livre culte de ses partisans, Denis SASSOU NGUESSO stigmatisait la traîtrise en affirmant que la souris qui te ronge les pieds est sous ton lit.

N’ayant pas pratiqué à l’époque des individus de l’acabit d’Alain AKOUALA ATIPAULT, il ne pouvait imaginer que des rats voraces tout droit sortis des égouts de la ville pour son jardin de MPILA menaceraient ses pieds et son précieux buffet à fromages plus que des souris…

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

mas 04/02/2011 18:20



cela prouve que la fille a raison. meme avec sa famille il fait du mal



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf