Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 23:56

Vidéos : Etat des Lieux et Solutions pour l’Afrique

http://www.youtube.com/watch?v=UpxFbCH4GyU

http://www.youtube.com/watch?v=tBcFRuaXgf0

aide alimentaireLa politique d’aide alimentaire des pays du Nord à destination des pays du Sud repose encore sur l’écoulement de surplus agricoles qui sont inadaptés aux jeunes enfants. MSF (Médecin Sans Frontière) tire la sonnette d’alarme.

Depuis les années 1960, la politique d’aide alimentaire développée par les pays du Nord à destination des pays du Sud repose sur l’écoulement des surplus agricoles.

Mais aujourd’hui, ces excédents ne sont plus assez diversifiés pour lutter contre la malnutrition infantile. Au contraire, la majorité des programmes alimentaires internationaux distribuent des farines enrichies à base de soja et de maïs qui mettent en danger le développement des jeunes enfants. En clair, ces produits ne seraient jamais donnés aux enfants occidentaux.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation le samedi 16 octobre 2010, Médecins sans frontières (MSF) lance donc une campagne qui appelle à la réforme de l’aide alimentaire internationale et une pétition qui sera présentée aux dirigeants du sommet du G8 en France en 2011.

L’ONG demande expressément aux bailleurs de fonds, y compris à la France et à l’Union européenne, de changer leurs habitudes et de donner aux pays du Sud une nourriture adaptée aux enfants de 6 mois à 2 ans, les premières victimes de la malnutrition.

Paradoxalement, il existe un consensus autour de l’idée que les farines enrichies en protéines végétales distribuées aux jeunes enfants du Sud ne sont pas adaptées à leur croissance.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les syndicats de pédiatres nord-américains et européens, cette nourriture est loin de correspondre aux standards internationaux préconisés pour les enfants âgés de moins de 2 ans. Les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont reconnu en octobre 2008 l’inadaptation du CSB pour le traitement de la malnutrition. Ces farines empêcheraient en effet l’assimilation des protéines et de certains nutriments essentiels au bon rétablissement des enfants atteints de malnutrition. En 2009, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lui-même reconnu qu’il existait des failles dans cette stratégie d’aide.

Double standard

Pire, les pays donateurs eux-mêmes, comme les États-Unis ou l’Espagne, sont parvenus à réduire considérablement le taux de malnutrition infantile sur leur propre sol en misant sur des programmes de distribution d’aliments adaptés.

"Arrêtons le double standard, arrêtons de distribuer aux enfants des pays du Sud de la nourriture que nous ne donnerions pas à nos propres enfants", s’insurge le Dr Marie-Pierre ALLIÉ, présidente de MSF. D’autant qu’il existe déjà des pâtes nutritives plus adaptées dont l’utilisation pourrait être généralisée.

Pour autant, le manque de volontarisme politique se fait encore sentir sur le terrain. Cet été, le PAM a de nouveau distribué des farines enrichies aux enfants lors de la crise nutritionnelle qui a touché le Niger. "C’est bien d’écrire une politique mais si on n’a pas les fonds pour les implémenter, ça ne sert à rien", explique Stéphane DOYON, responsable nutrition de la Campagne d’accès aux médicaments essentiels de MSF.

Il faudrait doubler le prix des farines pour faire le saut qualitatif nécessaire. Ce que les bailleurs de fonds ne sont apparemment pas encore prêts à faire.

Réformer la qualité de l’aide alimentaire mondiale : un pas décisif dans la lutte contre la malnutrition

Les pays contribuant à l’aide alimentaire doivent mettre un terme au double standard. Ils doivent cesser de distribuer aux enfants des principaux foyers de malnutrition une nourriture aux qualités nutritionnelles inadaptées.

La malnutrition est une maladie qu’il est possible de traiter et de prévenir. Dans le monde, 195 millions d’enfants en seraient affectés, la majorité d’entre-eux ne vivant pas dans des zones de conflits armés. Chaque année, la malnutrition serait la cause directe ou indirecte de 30 % des 8 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans. Cette maladie n’est pas uniquement le résultat d’une quantité insuffisante d’aliments.

Les deux premières années de vie d’un enfant sont décisives. Il a besoin d’une alimentation variée, riche en protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux. Sans cet apport, sa croissance et son développement ne seront pas optimaux et le risque de mourir de maladies banales augmente.

Ces éléments essentiels au bon développement et à la croissance des jeunes enfants sont pourtant absents des distributions d’aide alimentaire.
"Les contributeurs de l’aide alimentaire doivent absolument placer les besoins nutritionnels des jeunes enfants au centre de leurs politiques de lutte contre la malnutrition infantile", explique le Dr UNNI KARUNAKARA, Président international de MSF.
Des pays comme le Mexique, la Thaïlande, les Etats-Unis et les Etats européens sont parvenus à réduire drastiquement leur taux de malnutrition infantile. Pour ce faire, ils ont mené des programmes de distribution d’aliments variés comme des œufs et du lait aux jeunes enfants des familles les plus vulnérables.

Au niveau international, les normes scientifiques nutritionnelles n’ont toujours pas été intégrées dans les politiques d’aide alimentaire.

"Au niveau international, il existe un réel consensus sur la composition nutritionnelle de la nourriture la plus appropriée pour les enfants malnutris. Mais les pays donateurs continuent de distribuer un produit inapproprié qui ne réduit pas le risque de décès lié à la malnutrition", indique le Dr Susan SHEPHERD, conseillère nutrition pour MSF.

"Nous avons été les témoins des incroyables progrès réalisés dans la prévention de la malnutrition. Il n’est plus possible d’attendre qu’un enfant soit sur le point de mourir pour lui donner une nourriture appropriée, celle dont il a besoin pour grandir et se développer."
Les équipes médicales de MSF sont témoins des dégâts causés par la malnutrition dans le monde. En 2009, MSF a soigné 250 000 enfants souffrant de malnutrition dans 116 programmes répartis dans 34 pays. MSF a lancé sa campagne internationale "Starved for attention" pour interpeller les pays contribuant largement à l’aide alimentaire (Etats-Unis, Canada, Union Européenne, Japon…).

Il faut fournir une nourriture adaptée et des ressources adéquates aux programmes nutritionnels des pays les plus affectés par la malnutrition.

MSF a récemment envoyé des lettres aux autorités gouvernementales des pays concernés leur demandant de réformer leur politique d’aide alimentaire. Des dizaines de milliers de personnes ont déjà signé la pétition sur www.starvedforattention.org. Elle sera présentée aux dirigeants du sommet du G8 en France en 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf