Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 21:56

LETTRE OUVERTE AUX CADRES, MILITANTS ET SYMPATHISANTS DU MCDDI

Par Hervé MOUNKALA MAHICKA (Membre)

CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCEE

mcddiLa débâcle de notre parti aux dernières élections me pousse à prendre la plume pour exprimer le désarroi qui saisit nos militants et sympathisants, les plus attachés à nos valeurs, à notre histoire et à notre combat pour un Congo meilleur. Cette défaite qui sonne comme la chronique d’une mort annoncée, décrie le paradoxe d’un parti pourtant assis sur une base forte et unanime dans ce qu’elle attend, mais qui, curieusement suit la voie du déclin que tout lui interdit.

J’invite les dirigeants et les membres du parti à rompre avec cette culture empruntée aux Diables-Noirs, qui consiste à analyser nos échecs en nous posant toujours en victimes. Car si nous avons perdu, c’est parce que nous n’avons pas été à la hauteur. Quand bien même le succès des autres tiendrait de la fraude, nous n’avons pas été assez bons pour les contrer, ce qui revient au même.

Je ne vais pas m’appesantir sur la critique, tant les maux sont connus : manque d’organisation du parti, stratégies obscures et empiriques, promotion des cadres par affinités subjectives, manque de formation politique, absence de démocratie, opportunisme, écuries aux ramifications douteuses …etc. Mais de tous ces maux, la rupture idéologique, physique et stratégique avec la base est le plus grave.

Nous nous sommes persuadés que l’électorat est un compte en banque, croissant paisiblement quoi qu’il arrive, et disponible en toute circonstance pour nous servir. Comme me disait un membre du Bureau exécutif national, "profitons du mythe de Bernard KOLELAS, on verra après". Eh ben l’après, nous y sommes ! 

LA REFONDATION

Sans détour, j’appelle à l’autodissolution de toutes les instances du parti. Une manière noble de reconnaitre et d’assumer l’échec. Assumant l’intérim de lui-même, le bureau exécutif national mettra en place un comité d’organisation du Congrès d’Ouverture et de Réunification du MCDDI.

L’ouverture signifie qu’une campagne d’adhésion massive et nationale, auprès des politiques et du peuple, précède ce congrès. La réunification, c’est de rappeler dans nos rangs ceux et celles qui ont partagé nos idéaux depuis le début ou les ont rejoints, mais hélas, qui par nos comportements autocratiques, par leur propre soif de pouvoir ou par des faits extérieurs, nous ont quitté, se sont démobilisés ou n’ont jamais pu être avec nous.

Nous créerons ainsi un grand parti national, dépassant les ambitions personnelles, claniques et tribales, pour l’intérêt collectif et les valeurs qui sont les nôtres, à savoir, la justice, l’égalité, la solidarité, la cohésion nationale, la paix, l’éthique et le développement intégral, telles que héritées de nos pères.

Quant aux partis qui n’auront pas pu fusionner avec nous mais partagent les mêmes valeurs et estiment que faire contrepoids au parti dominant qui concentre tous les pouvoirs sans contrepartie et sans contrôle est une nécessité vitale pour notre démocratie, le MCDDI doit proposer une nouvelle coalition politique, allant du fleuve à l’océan, conçue pour remporter tous les scrutins à venir et gouverner ensemble.

Il ne s’agit pas de chercher à nous constituer une cour de vassaux et de soumis, mais d’intégrer des alliés objectifs dans un espace démocratique, une force de proposition et d’alternance, en étant le fer de lance.

S’il est vrai que l’idée du congrès semble obtenir l’assentiment de tous, de la base au sommet, il convient de mettre en garde contre un congrès qui sera l’occasion d’exploser ce qui reste encore du MCDDI, pour diviser au profit du parti dominant dans la voie d’un monopartisme larvé.

C’est pourquoi, je convie le MCDDI à garder son coordonnateur comme chef, car il reste le meilleur gage de l’unité du parti. Notre vision de la refondation insiste sur l’élargissement de nos frontières, la participation des élites et la reconquête de la base.   

Par contre, il faut également stopper les mauvais calculs de ceux qui préparent un congrès réservé aux fidèles d’un clan, aux achetés et autres bénis oui-oui, rameutés pour acclamer des décisions préfabriquées qui trahissent nos idéaux et dans lesquels le peuple ne se reconnaitra pas. Il en est de même pour ceux qui militent pour organiser d’abord le congrès pour ne faire l’ouverture qu’ensuite, ou proposent des petits aménagements internes. Il sera sans conséquence sur la descente aux enfers du MCDDI qui ne s’en relèvera pas.

Le prétexte financier pour retarder ces assises n’a pas de place. Le MCDDI quand il agit dans l’intérêt partagé de tous, n’a pas besoin de climatiseurs pour fonctionner. Il peut organiser un congrès sous le manguier. Les vrais membres le savent, la foi et la flamme sont toujours là, mais ils ne sont pas sollicités.     

LE POSITIONNEMENT

Je crois avoir été le premier, dans un article retentissant, à avoir appelé publiquement le MCDDI à relancer l’alliance avec le PCT. C’était en novembre 2005. Le président Bernard KOLELAS m’avait alors longuement entretenu à Courbevoie en France, le mois suivant, pour exposer mes justifications. Après 5 ans de bilan, ce que j’en attendais a été atteint au plan national. La paix est acquise, la culture de la violence politique entre nos deux formations est désormais un passé pardonné.  

Hélas, au plan interne, le parti n’a pas su tirer profit de cette alliance. L’accalmie aurait dû permettre en effet au parti de se réorganiser et de se revitaliser. Ensuite, il était important que nos cadres s’habituent à la gestion des affaires publiques. Enfin, notre rôle dans la majorité aurait dû être de pondérer les excès de ce pouvoir.

Mais nous nous sommes tus, n’avons rien organisé et n’avons pas eu de participation significative dans la gestion du pays ce qui a fait s’éclipser les cadres. Nous avons eu deux ministres, un maire d’arrondissement et deux sous-préfets, pour le prix de notre âme, c’est bien maigre. Pas un ambassadeur, pas un seul directeur général, pas un président d’institution ou constitutionnelle et de commissions nationales, pas un préfet. Le parti n’a pas fait de campagne d’adhésion, et ne s’est pas démarqué. Pas même un siège digne de ce nom. Le PCT règne sans partage, jusqu’à consommer nos droits fondamentaux, hypothéquer l’avenir de nos richesses, et le MCDDI n’a même pas toussoter. Nous avons perdu ainsi notre différence et le respect tant de nos militants que de nos partenaires. Voilà pourquoi la base du MCDDI se considère toujours à l’opposition.

Pour y remédier, nous n’avons pas d’autre choix que de redevenir véritablement un parti démocratique voué à la défense des intérêts vitaux du peuple. C’est dans nos gènes.

Aujourd’hui encore, la plupart des militants et militantes restent persuadés que l’alliance réactivée en 2007 est nécessaire. Mais il faut clarifier notre champ, nous distinguer et faire participer les cadres et militants de manière démocratique.

LA PARTICIPATION AU GOUVERNEMENT

Face à l’imminence d’un remaniement gouvernemental, le MCDDI semble attendre les places que le PCT voudra bien ou pas lui accorder, selon la propre vision et stratégie du parti de Marien.

-      Est-ce là l’attitude d’un parti représentatif dans lequel des militants s’engagent en se sachant défendus ?

-      Où les cadres viennent en voulant participer à la gestion des affaires du pays ?

-      Que le peuple choisit en distinction d’un autre parti ?

-      Comment voulez-vous, lorsque nous nous comportons comme un parti d’obligés, un simple satellite du PCT, espérer le respect ?

-      Nous fera-t-on croire encore qu’une stratégie imparable se trouve cachée derrière cette tactique du "tout subir pour perdre aux élections suivantes" ?

Espérons fois-ci que tous avons su lire la maturité du peuple qui s’est manifestée par l’abstention massive et le vote sanction à notre encontre.

Si nous devons poursuivre notre participation au gouvernement, nous devons conclure avant la publication de la prochaine équipe, un accord de gestion commune. Un texte clair et précis qui prévoira notre quota au gouvernement, mais aussi aux autres fonctions civils importantes de l’Etat, sans chasse gardée au parti au pouvoir.

La liste de nos ministrables sera issue d’une concertation interne, et non au choix du PCT. Aussi, entre le président du Mouvement et le permanent, un des deux ne doit plus être membre du gouvernement, afin qu’il œuvre à temps plein pour le fonctionnement du parti et qu’il conserve la liberté d’opinion que la solidarité gouvernementale interdit.

Nous ne pouvons demeurer à la merci des calculs du PCT que nous accompagnons, et nourrir des ambitions nationales. S’ils font si bien, s’il n’y a rien à redire, si rien ne nous démarque, s’ils gèrent comme il se doit, pourquoi existons-nous ? Fondons-nous donc au PCT !

C’est cette confusion que nous avons offert à nos électeurs, si bien qu’ils ont voté PCT, indépendants ou des petits partis d’accompagnement du pouvoir. Nous devons en sortir. 

La baisse du nombre de nos parlementaires ne change rien à notre force et à notre potentiel de mobilisation qui demeure exceptionnelle, et le sera encore plus, si nous engageons les réformes nécessaires. 

LA CULTURE DEMOCRATIQUE

Je ne manquerai pas de relever, pour terminer, la responsabilité des cadres, militants et sympathisants du MCDDI qui pour avoir perdu l’esprit critique, le courage de la mobilisation et l’exigence des comptes, ont laissé chavirer le navire.  

La politique c’est l’exercice du débat public permanent. C’est une confrontation d’opinions, une démarcation ouverte des positions, un projet en construction perpétuelle qui doit être partagé et critiqué.   

Ce n’est pas une science mystique dont certains initiés seraient seuls habilités à en dessiner les contours, tandis que les autres seraient contraints aux murmures, à l’adhésion ou la démission. Lorsque tout se négocie en salon, ce n’est plus de la politique mais de l’affairisme. Quant à ceux qui ont peur de dire ce qu’ils pensent, ou qui ne supporte pas qu’on leur dise ce que l’on pense, ce sont des fourbes qui n’ont pas de place dans un projet en démocratie.

J’appelle tous les membres à exprimer leur adhésion à cette vision ou à présenter les leurs, ainsi que les différentes personnalités et partis politiques proches de nous de se saisir de cette occasion pour refonder la vie politique congolaise avec nous. 

Il nous faut rebondir vite, fort et large pour ne pas laisser se graver de manière irréversible l’image de perdants, d’impuissants et d’incapables que nous sommes entrain de donner. Entêtons-nous, et nous disparaitrons aussi sec.

Certains partis au Congo peuvent fonctionner sans base populaire. Ils tiennent grâce à l’argent, les armes ou la chefferie traditionnelle. Au MCDDI c’est le peuple qui nous justifie. Tachons de ne plus jamais l’oublier.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf