Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2010 7 05 /09 /septembre /2010 19:23

La Municipalisation Accélérée en 2012 dans le Pool

Une mauvaise solution à la question de l'urgence de la reconstruction et la réhabilitation des départements détruits par les conflits armés

Par Brice NKÉOUA
region du poolLe Pool est l'un des départements du Congo (avec la Bouenza, le Niari, la Lékoumou, Bacongo, Makélékélé...) théâtre d'épouvantables destructions et massacres et, c'est pour cette raison que la question de la reconstruction et de la réhabilitation de ces départements est légitime.

Ne pas vouloir se mettre au service de cette cause est perçue comme étant une sanction de guerre ou comme étant l'humiliation du vainqueur au vaincu qui pousse les victimes et les membres de leurs ethnies à partager le désir de revanche.

KOLÉLAS, LISSOUBA et autres n'avaient pas de résidence (principale ou secondaire) dans lesdits départements détruits, alors que ces vrais coupables aux yeux du pouvoir en place ont été réhabilités et indemnisés par ce même pouvoir ; les pauvres citoyens croupissent toujours dans la grande pauvreté et dans la misère la plus totale 13 ans après la fin des conflits. Les conséquences des conflits affectent encore des milliers de nos concitoyens.

Si tel est le cas, ne pensons-nous pas que la municipalisation accélérée 2012 dans le Pool est une mauvaise solution à l'urgence de la reconstruction et de la réhabilitation des départements détruits par les conflits armés ?
Qu'est-ce que la municipalisation accélérée ? C'est depuis jour pour jour 2004, que le président Denis SASSOU NGUESSO a décidé de célébrer chaque année, dans un département ou dans une ville différente, l'accession de la République du Congo à l'indépendance et, le département ou la ville élu (e) fait l'objet d'une municipalisation dite "accélérée" : réhabilitation et parfois construction des équipements publics (routes, réseau d'eau et d'électricité, hôpitaux, écoles sans oublier les bâtiments administratifs...).
Mais, Jean-François de MONTVALON de l'Association Survie affirme dans survie.org : "... La triste réalité conduit malheureusement à dresser la liste, d’une part de travaux certes d’utilité publique, mais qui présentent la double caractéristique de faire l’objet d’une surfacturation effarante et de ne pas être achevés (voire même parfois jamais commencés), et d’autre part de réalisations aussi somptuaires qu’éphémères avec la construction de villas de grand standing et de palais présidentiels « symboles de l'État » (sic) pour la seule utilisation du chef de l'État lors des festivités qui sont programmées dans chaque ville hôte.

Faut-il préciser que ces différents chantiers ne font bien entendu pas l’objet du moindre appel d’offres et sont attribués de façon totalement arbitraire. Le maître d’œuvre et grand dispensateur des marchés n’est autre que Jean Jacques BOUYA, neveu du Président, placé à la tête de la délégation générale aux grands travaux (DGGT), organisme censé assurer la gestion des « grands projets structurants d’équipement et d’aménagement du territoire national », dont le coût est supérieur à 500 millions de francs CFA. Et tant pis pour la décentralisation…

On peut citer quelques exemples édifiants avec des forages d’eau d’un coût unitaire de 550 millions de francs CFA (prix du marché 25 millions) ou un palais présidentiel au demeurant inachevé à Impfondo de 6,5 milliards de francs CFA que des professionnels du bâtiment évaluent quant à eux à 500 millions au grand maximum. La liste de ces éléphants blancs est longue… Personne ne doute un seul instant que cette gabegie ne bénéficie en fait à quelques-uns, c’est-à-dire à ceux qui font partie du cercle rapproché..."
Certes, la municipalisation accélérée est une bonne chose, mais uniquement pour un département en situation normale. Or, le Pool et les autres départements détruits par les conflits armés se trouvent dans une situation exceptionnelle et ; à situation exceptionnelle, des mesures exceptionnelles.

Un consensus se dégage chaque jour dans notre pays : la clé du relèvement après conflit des départements détruits par les conflits armés passe par la mise en place d'un plan de reconstruction globale (infrastructures publiques, logements privés, villages des paysans auxquels, il faut ajouter les indemnisations des victimes, le retour des réfugier et leur réhabilitation).

La situation des départements détruits par les conflits armés est particulièrement choquante et, elle suscite en toute personne une profonde tristesse. Les Congolais ne comprennent pas pourquoi le gouvernement n'a pas état d'âme sur ces départements détruits.

La grande pauvreté et la grande misère frappent particulièrement la frange de la population qui résident dans ces départements. Rien qu'au Pool, plus de 50 Villages ont disparu. S'il y a une chose que notre président sait mieux faire que quiconque c'est prendre soin de son image de l'homme de paix à l'étranger.

Aider le Congo à sortir de la guerre, c'est aussi aider les départements détruits à sortir de la pauvreté où les a enfoncé les conflits armés; et, la responsabilité de l'État Congolais de les protéger devrait être complétée par la responsabilité de les reconstruire. Ne pas pouvoir se mettre au service de cette cause n'est pas conforme à l'image, aux symboles de la paix retrouvée rassurant la communauté internationale.
D'autre part, tout se construit : la paix, l'unité nationale, la démocratie, la réconciliation, la reconstruction des départements détruits..., mais nous n'avons rien construit au Congo ; par contre nous avons tout détruit.

Les générations futures, nos enfants, les enfants de nos enfants ; ils nous reprocheront tous d'avoir fait mourir nos concitoyens et nous traiterons tous de monstre bien que nous ne le soyons pas tous. Le "Mbongui" du village ne nous enseigne pas : "vouloir, c'est vouloir le bien. Vouloir le bien, c'est vouloir le bien au point de préférer subir l'injustice plutôt que de le commettre".

A entendre les "courtisans-boukouteur" qui ont des fauteuils à sauver, monsieur le président de la République a entendu les gémissements des fils du Pool. Pourquoi 13 ans après la fin des conflits, alors que les vrais responsables coupable ont été réhabilités, le gouvernement congolais ou les élus de ces départements n'ont toujours pas proposé un plan de cohésion sociale et de santé publique pour aider nos concitoyens à libérer l'énergie du stress du traumatisme de guerre (viol, pillage des biens, destruction des maisons, enterrement d'un parent en pleine brousse, frustration...).

Ce stress est devenu malsaine pour leur organisme, ils sont soumis à une tension permanente et longtemps retenue. Reconnaissant-le, nous avons abimé leur santé. La santé d'un individu dépend de sa facilité à s'adapter parfaitement à son milieu et à réagir au stress dû à son environnement. Nous avons mis en péril leurs vies et les avons rendus dépendant des autres. N'ayant plus la force et la capacité à s'adapter à leur nouvelle situation, nombreux meurent par crise cardiaque ou par AVC. Tous les jours, des rescapés mourants vont à la mort sous nos yeux sans réactions de notre part.
Par ailleurs, depuis les présidentielles 2009 marquées par une abstention massive, les signes d'essoufflement politique du système et de l'opposition à la solde de SASSOU NGUESSO se font apparaître. La décision du chef de l'État congolais qui a attribué la municipalisation accélérée 2012 au Pool sans reconnaissance de zone sinistrées, séduit et divise en deux camps les Congolais en général et, en particulier les fils du Pool : d'un côté les "courtisans-boukouteurs", qui vulgarisent l'idée d'une vraie volonté politique affichée par SASSOU NGUESSO de vouloir arracher ce département à l'âge de la pierre taillée et, de l'autre côté les sceptiques qui rappellent que le Pool se trouve dans une situation exceptionnelle et non dans une situation normale.

Il y a toujours des personnes qui voient loin et d'autres qui ne regardent pas plus loin que le bout de leurs ventres. De plus, en se basant sur la triste réalité des expériences passées de ladite municipalisation accélérée, les sceptiques trouvent dans cette décision une opération de séduction pour forcer le soutien politique des Poolistes. Car, après la sortie de Ntoumi, le régime cherche à rassurer nos partenaires étrangers.

La municipalisation accélérée est un puissant moyen de propagande pour justifier que la situation a été maîtrisée, la paix retrouvée et le Pool a été reconstruit.....

Je ne suis pas contre la municipalisation accélérée et je suis contre le désir de revanche sur quiconque, mais face à l'urgence de la situation à laquelle se trouve le Pool (et d'autres départements détruits) ; la municipalisation accélérée ne convient pas.

Monsieur SASSOU NGUESSO en tant président de la République doit racheter les fautes de tous (Ninjas, Nsiloulou, cobras, cocoyes, armées étrangère, armée nationale, mercenaires...) pendant la guerre et chercher à mettre fin au désir de revanche des victimes, en réduisant ainsi la distance entre vainqueurs et vaincus.

Ce que j'attends de lui, c'est la mise en place d'un plan global de reconnaissance de l'état de calamité publique (de zone sinistrées) et la mise en place d'un comité de secours aux victimes encore vivants.

Ce comité mixte paritaire (composé des vrais victimes et membres du gouvernement) aura la charge d'établir aussitôt que possible les vrais besoins des populations concernées. Il aura un objectif double : recueillir des fonds au profit des vraies personnes sinistrées et régler aussi efficacement que possible les demandes d'indemnisation présentées par ces vraies victimes.

Faire autrement c'est mettre en péril la paix et le vivre ensemble. L'opposition congolaise fait l'éloge de la démocratie comme étant le seul régime capable de délivrer les congolais de la servitude, mais tous refusent de payer la rançon de la liberté et de la reconstruction des départements détruits.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Anonyme 25/07/2011 17:07



Je partage tout à fait votre avis. Je ne comprends pas qu'il n'y ai pas plus de commentaires sur le problème de la région du Pool au Congo-Brazzaville. Je trouve regrettable que les gens ne s'y
intéresse pas plus. Et j'espère que mon message fera réagir un peu.



  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf