Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 22:40

SPOLIATION DU PATRIMOINE

charognard.jpgUne superficie deux fois plus grand que la Suisse cédée pour 99 ans à des agriculteurs sud-africains, Incroyable mais vrais au Congo Brazzaville le pays de tous les possibles.

Une convention pour mettre 80 000 ha de terre à disposition, dans les départements du Niari (63 000 ha) et de la Bouenza (17 000 ha), dans le Sud du Congo Brazzaville, a été signée, jeudi 10 mars 2011 à Pointe-Noire, entre le gouvernement congolais et Congo Agriculture, société constituée par des fermiers d'Agri SA d'Afrique du Sud.
Le protocole d'accord a été paraphé par les ministres Pierre MABIALA des Affaires foncières, Rigobert MABOUNDOU de l'Agriculture et de l'Elevage, André BOTHA, président de la société Congo Agriculture, et Tho De JAGER, vice-président de la corporation des fermiers sud-africains Agri SA.
Les négociations ont duré trois ans, avant que Congo Agriculture obtienne l'autorisation express d'occuper 80 000 hectares de réserve foncière de l'État, conformément aux dispositions de la loi nº 09-2004 du 26 mars 2004 portant le code du domaine de l'Etat.
A noter que ces dispositions précisent que "l'occupation du domaine public se fait par autorisation express, par location, par affectation ou par tout autre moyen (à titre onéreux) reconnu par la loi".
 

Où sont donc passés ces centaines d'ingénieurs agronomes diplômés congolais qui n'attendent que des moyens soient mis à leurs dispositions pour donner le meilleur d'eux-mêmes au profit de la nation.

Aucun pays au monde n'a bâti sa sécurité alimentaire avec une production totalement confiée aux mains d'étrangers qui, en l'occurrence, quand on n’a pas oublié l'histoire encore récente de notre continent, sont arrivés en Afrique du Sud avec pratiquement les mêmes procédés, et ont fini par devenir propriétaires des terres avant d'instaurer l'apartheid...

Congolais Congolaises, Réveillez-vous ! Mobilisons-nous pour arrêter ce massacre qui ne connait plus de limite. Jusqu’à quand supporterons-nous ce gâchis ? Le danger guette car le point de non-retour est proche...

Cliquez et Ecoutez : http://ddata.over-blog.com/2/63/82/20/CONGO-Terres_Document_Rfi.mp3

-------------------------------------

Dernière minute : Le Président Joe Washington EBINA tiendra une conférence de presse de la plus haute importance le lundi 28 mars 2011 à partir de 11 heures précises dans la salle située dans le bâtiment de la Semaine africaine ; tout le monde est convié… ; faites passer le message

joePour Parrainer, Soutenir ou Aider Joe Washington EBINA
"L’Espoir d’une Génération"
Hôtel SAPHIR, 1 rue Piétonne Charles EBINA
B.P.: 1307 Brazzaville République du Congo
Tél. : 00 242 055 381 272
Site :
http://www.fondationebina.com/
E-mail : joewash@fondationebina.com

-------------------------------------------------------------

LE CHU de Brazzaville : UN ENFER POUR LES MALADES

 

chu-1-.jpgDepuis un certain temps, l’administration congolaise est devenue le théâtre d’un désordre sans précédent. Les mentalités des agents publics se sont gangrenées. Même le milieu sanitaire ne fait pas exception à la règle. Aussi le Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville qui faisait la fierté du Congo Brazzaville et de l’Afrique est devenu de nos jours un grand centre de corruption où la vie humaine n’a pas de valeur. Nos fins limiers ont fait une enquête sur ce grand centre hospitalier qui va de mal en pis malgré les sommes importantes qui y sont affectées année après années.

Il fut un temps dans ce pays où les dirigeants déclaraient, "La santé pour tous d’ici l’an 2000", mais selon le constat, on pourrait dire "la mort pour tous d’ici l’an 2000". Car les structures sanitaires du Congo Brazzaville sont devenues un véritable enfer pour les malades nonobstant les nouvelles techniques et les nouvelles technologies.

La mission première d’un établissement de santé publique est d’administrer des soins aux personnes malades ; au Congo Brazzaville le Centre Hospitalier Universitaire de Brazzaville loin de rassurer les malades, est surnommé le CH-Tue ou lieu de passage vers la morgue.

Cette structure hospitalière, le plus grand du Congo Brazzaville et le plus équipé inquiète et angoisse toutes les personnes qui s’y risquent. Tout le personnel soignant affecté au CHU confond commerce et profession, social et marché.

Au Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville, des comportements à couper le souffle sont observés. Les agents de santé en service au CH-Tue, pardon au CHU, n’y vont pas pour soigner. Ils y vont par obligation ; ils y vont parce qu’au retour, ils auront encaissés au mois 10.000Frs de manière non acceptable.

Ils n’ont pas tellement tort ceux qui ont choisi d’appeler CHU en CH-Tue. Il suffit de s’y rendre pour s’apercevoir de la manière avec laquelle le personnel reçoit les malades. En commençant par le service de Triage jusqu’aux soins intensifs ou l’Urgence et même à la réanimation. Nos enquêteurs sont allés toucher du doigt les réalités dans ce grand hôpital.

Le lundi 21 février 2011, une équipe des bénévoles, de la Fondation Charles Ebina, est descendue assister une malade, la petite Divine, 7 ans, qui était presque dans l’agonie. Il y avait nécessité que l’enfant passe sous un scanner pour que l’on sache exactement de quoi elle souffrait. Malheureusement au CHU, quel que soit l’état du malade tout le personnel soignant s’en fout. Et, la petite Divine devait attendre jusqu'au mercredi suivant alors qu’elle était dans un état tel que, si l’on était dans un hôpital digne de ce nom, il y aurait eu au moins cinq médecins à son chevet pour tenter de la sauver.

A la vérité que cache cette manière de faire ? Selon notre enquête, les agents de santé en service au CHU attendent de se faire engraisser les pattes, de se faire soudoyer pour être opérationnels. Ils créent des prétextes fallacieux savamment entretenus pour pousser les parents du malade à débourser de l’argent.

Pis encore dans le service de Triage, quel que soit la gravité de la maladie, les agents de ce service font comme s’ils n’avaient rien vu. Il faut toujours un intéressement, autrement le malade est abandonné à son triste sort.

Tous les congolais se posent la question de savoir si la hiérarchie de ce grand centre hospitalier n’est pas informée de ces pratiques honteuses et hideuses. Si oui, pourquoi des mesures drastiques et disciplinaires ne sont pas prises à l’encontre de ces agents corrompus et corruptibles ?

Si non cela veut dire que la direction de l’hôpital ne contrôle pas ses agents. Et ceci est plus grave encore car un chef qui ne contrôle pas ses agents est un mauvais chef. Ainsi le limogeage sans délai du Directeur Général, Monsieur Ignace NGAKALA ne surprendrait personne. Mais comme au Congo Brazzaville le ridicule ne tue pas et que le plus important est de se faire les poches, alors tout le monde ferme les yeux

Rappelons que le médecin a un devoir vis-à-vis du malade en tant qu’agent de l’Etat. Et que dire du serment d’HYPOCRATE ? Serait-ce un serment d’hypocrites appliqué aux soignants congolais ? 

Comment expliquer qu’au Congo Brazzaville, un médecin soit plus préoccupé par le gain que par la santé du malade. La preuve on les retrouve plus dans leurs cabinets privés que dans les Centres hospitaliers ou l’Etat les engagent.

Que dire des médecins qui demandent de l’argent aux patients pour pratiquer des avortements sans passer dans les caisses de l’hôpital ? Que dire des médecins spécialistes qui demandent des frais de consultation aux malades alors que la consultation est unique depuis le Triage ?

Voici autant de questions que nous nous posons et auxquelles la Direction Générale du CHU devrait apporter des réponses.

En définitive, l’Etat devrait prendre toutes ses responsabilités afin de faire construire dans notre pays des hôpitaux dignes de ce nom et frapper avec rigueur tous ces hommes et toutes ces femmes en blouse blanche enrobés dans la corruption et l’arbitraire.

Voici ce que notre confrère Simon MAVOULA écrivait déjà le 29 janvier 2008

Incroyable : les étages de l’hôpital général de Brazzaville sont sans ascenseurs

Notre confrère Kimpwanza a titré cette semaine : "CHU de Brazzaville : Bientôt les deux ascenseurs du bloc chirurgical seront opérationnels".
On sait ce que valent les promesses au pays de SASSOU NGUESSO. Elles ne valent même pas leur pesant d’or. Le 19 décembre 2007, au cours d’une émission de RFI, répondant à une question du public, Florent NTSIBA, ministre de SASSOU NGUESSO, se vanta de l’imminence de l’équipement de l’Hôpital Général de Brazzaville en ascenseurs.
Car aussi stupéfiant que cela puisse paraître cet établissement hospitalier est démuni de moyen d’ascension d’un niveau à l’autre. Pour passer d’un étage à l’autre les malades sont transportés à califourchon sur des dos d’hommes, moyennant finances.

En fait, démagogue, Florent NTSIBA mentait ou ne maîtrisait pas le sujet (ce qui revient au même) en affirmant aux micros d’une radio internationale que le calvaire des Congolais allait bientôt prendre fin au CHU de Brazzaville.

De toute manière l’état de l’hôpital général n’a jamais été la tasse de thé de la nomenklatura qui, au moindre bobo, fait évacuer ses membres vers les grands hôpitaux occidentaux. Alors vous pensez bien que les élévateurs du CHU étaient à des années-lumière des centres d’intérêt de l’inénarrable Florent NTSIBA, ministre de l’Equipement et des Travaux publics, général de division.
A vrai dire, l’époque où les ascenseurs de l’hôpital général fonctionnaient est un très vieux souvenir. Les ascenseurs de ces bâtiments vieux de près de cinquante ans, étaient depuis longtemps tombés en panne, faute d’entretien et surtout en raison de l’incroyable indifférence des gouvernements qui se sont succédés depuis Marien NGOUABI.

Aujourd’hui 29 janvier 2008, apprend-on de la bouche du directeur du CHU, les travaux auraient déjà commencé. Selon donc Kimpwanza, au CHU de Brazzaville la réparation des ascenseurs n’est plus qu’une question de temps.
Malgré l’urgence de la situation, les travaux de réhabilitation des deux ascenseurs n’auraient commencé que le "1er juillet 2007" et s’achèveront à la fin du mois de février de l’année en cours (2008).
Pourquoi ce long délais dans la livraison d’une structure aussi fondamentale qu’un ascenseur ?
Réponse du directeur :
"selon les techniciens de CFAO-Congo, chargés de les réaliser, le retard est dû en grande partie aux eaux de pluie qui envahissent le sous-sol de ce grand bâtiment de cinq étages. Il faut maintenant trouver le moyen d’évacuer ces eaux".
On croit rêver. Selon Ignace NGAKALA, le directeur du CHU, des actes de vandalisme commis durant la guerre civile seraient à l’origine de ces dégâts des eaux qui empêchent l’évolution des travaux. En plus les moyens financiers font cruellement défaut.
Que faire alors ?
"Nous espérons que ces conduites d’eau seront réhabilitées à l’occasion de la municipalisation de Brazzaville" envisage le directeur.
Autrement dit, en attendant la fameuse "municipalisation accélérée" les usagers et les malades sont réduits à pratiquer la longue marche entre les cinq étages du vieux bâtiment qui, au total, compte douze ascenseurs ; tous en panne.
Le coût global des deux ascenseurs du bloc opératoire s’élève à 153.millions de F CFA. L’argent (le nerf de la guerre) la fatalité : tels sont les boucs émissaires tout désignés.
"Nous ne disposons pas assez de moyens financiers pour réhabiliter la station d’évacuation. Nous espérons que ces conduites d’eau seront réhabilitées à l’occasion de la municipalisation de Brazzaville" s’est plaints l’administrateur.

Les raisons les plus farfelues (y compris les intempéries) sont évoquées :
"Toutes les eaux de pluie stagnent actuellement dans le sous-sol du grand bâtiment. Pour installer les ascenseurs, les techniciens ont été obligés d’ériger des murs au sous-sol afin d’empêcher l’eau de rentrer dans la cage de l’ascenseur" dit, sans rire, Ignace NGAKALA.

Paradoxalement, quand il s’agit d’offrir des corbillards aux Congolais, la question du budget ne se pose pas. Mais lorsqu’il est question de rendre fonctionnel l’hôpital, les poches de l’Etat deviennent, soudain, vides :
"Pour réhabiliter l’ascenseur du bâtiment à cinq niveaux, il nous faut quatre-vingt-onze millions de FCFA"
gémit hypocritement le directeur. "La priorité est accordée aux ascenseurs destinés aux usagers", a indiqué Ignace NGAKALA (qui n’a jamais pensé à démissionner s’il avait réellement une éthique). "Les ascenseurs techniques servant à passer d’un service à un autre peuvent être réhabilités par la suite"
Le plus lassant c’est ce culte de la personnalité de SASSOU NGUESSO, omniprésent dans les discours officiels : "Tous ces projets sont exécutés avec la somme de 1,6 milliard de FCFA que le chef de l’Etat a remis au CHU pour sa réhabilitation et son rééquipement" a souligné ce cadre de la Nouvelle Espérance

Prétendre qu’il n’y a pas d’argent est d’autant plus ignoble qu’on signale le cours du brut à 100 dollars le baril. Or au cas où on l’aurait oublié, le Congo Brazzaville est producteur de pétrole. Cela n’empêche pas le gouvernement de ce pays de se battre bec et ongles pour faire figurer le Congo parmi les pays les plus pauvres et les plus endettés de la planète.

Paradoxalement on ne compte plus les membres du gouvernement et les proches du pouvoir dont les biens meubles et immeubles narguent les populations. Le premier membre dudit gouvernement a récemment échappé de peu aux mailles de la justice française pour détention illégale de biens meubles sur le sol français. Autant dire que la pauvreté dans laquelle le régime plonge 99% de Congolais tient d’un choix délibéré de ses membres.

Les ascenseurs peuvent être réparés

A en croire Roger Armand MAKANY, (In Modélisation Statistique du CHUB - Centre Hospitalier de Brazzaville ICES 2007) le Centre Hospitalier et Universitaire de Brazzaville a été créé par la loi n° 008/87 du 7 février 1987. C’est un établissement à caractère social et commercial.
En 1993, il aurait fait un chiffre d’affaire de (CFA) 1M4 millions, 954 milles 855 contre (CFA) 238 millions seulement en 2002. Visiblement la vocation commerciale a été un échec. Ici comme ailleurs la mauvaise gestion a produit ses effets.

Tentons une comparaison : le mausolée de de Brazza a coûté 10 milliards de FCFA, une somme très colossale par rapport aux 153 millions que nécessitent les deux monte-charge du bloc opératoire. En d’autres termes la tombe de de Brazza vaut plus de 100 ascenseurs au CHU. Certes les priorités de la Nouvelle Espérance sont ailleurs. Donner une seconde sépulture à Pierre SAVORGNAN De BRAZZA était plus urgent que réparer les douze ascenseurs du CHUB.

Sortons nos calculettes

En théorie, le budget 2008 s’élève à 1.671 milliards de FCFA (2,5 mds d’euros), c’est plus de 21,35% par rapport à celui de l’année précédente, soit une augmentation de 294 milliards de FCFA (441 millions d’euros). Les crédits de fonctionnement, s’élèvent à 881,5 mds de FCFA, soit une augmentation de 8,39%. Les investissements atteignent 450 mds, une hausse de 12,5%. De quoi largement réparer les ascenseurs, voire construire un nouvel hôpital.
En pratique, on ne sait pas à quel usage (à part l’achat des armes et des biens de prestige) est destiné le budget de la Nation. Depuis que les ascenseurs sont en panne, il va sans dire que les réparer aurait été un jeu d’enfant.

Personne ne soutiendra que la Santé ne figure pas dans la colonne des investissements. A quoi a servi, dans le précédent budget, cet argent dont on ne voit aucune trace physique sur le terrain des "actions concrètes" ?

On n’a pas besoin d’attendre l’aumône de SASSOU NGUESSO pour équiper le CHUB en ascenseurs flambant neufs. Si la santé de sa population n’est pas une priorité pour un Etat, ses représentants n’ont pas de raison d’être aux commandes du pays.
La désaffection du Pouvoir pour le CHUB : voilà une raison supplémentaire de virer ceux qui nous gouvernement en 2009 ou (ce qui revient au même) de dresser un "ascenseur pour l’échafaud" à l’attention des voyous comme Florent NTSIBA.
  

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf