Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 21:38

STIMULER UNE CROISSANCE ECONOMIQUE FORTE ET DURABLE GRACE AUX IDE

Par Eric MULUMBA ZOZO

ericmulumbazozo"Nous vivons dans un monde indivis où les riches ne peuvent plus ignorer les pauvres". AMARTYA KUMAR Sen, Prix Nobel d’économie 1998

La pauvreté dans le monde est l’un des plus grands défis de notre époque. Les récents rapports du PNUD indiquent que près de 8 millions de personnes meurent chaque année par manque d’accès aux ressources essentielles.

Toutes les six secondes un enfant meurt de faim déclarait encore récemment le Directeur général de la FAO Jacques DIOUF. Plus d’un milliard de personnes vivent actuellement avec moins d’un dollar par jour et souffrent de malnutrition. Jamais autant de personnes n’ont été confrontées, à ce point, à la faim dans le monde.

Pour remédier à cette situation dramatique, différentes stratégies sont proposées. Parmi elles figurent l’investissement direct étranger (IDE) que l’on présente de plus en plus comme l’un des meilleurs modes de financement dans la lutte contre la pauvreté.

Pour beaucoup d’experts ce mode de financement est susceptible de stimuler la croissance économique et de contribuer sensiblement à la réduction du niveau de pauvreté dans les pays sous-développés.

L’investissement direct étranger (IDE) se définit comme un investissement réalisé par une entité résidente d’une économie dans le but d’acquérir un intérêt durable dans une entreprise résidente d’une autre économie.

La notion d’intérêt durable sous-entend l’existence d’une relation à long terme entre l’investisseur direct et l’entreprise et le fait que l’investisseur peut exercer une influence marquée sur la gestion de l’entreprise bénéficiant de l’investissement direct. Il n’est pas nécessaire que l’investisseur étranger ait un contrôle absolu : le critère appliqué est une participation égale à 10 % des droits de vote. (OCDE, 2005). L’IDE est tout simplement une extension d’activités des Firmes Multinationales (FMNs).

Les théories néoclassiques montrent que les IDE sont un moyen pour combler le gap financier par le moyen d’apport de capitaux étrangers et d’accumulation de capital.

Les pays en voie de développement sont souvent caractérisés par un taux de chômage élevé et une insuffisance de capital (d’épargne locale). Les IDE pourraient être le moyen de résorber ces problèmes notamment en augmentant la production des pays hôtes et en apportant des capitaux étrangers. Dans cette optique, les IDE peuvent contribuer à la stimulation de la croissance économique qui elle favorisera la réduction de la pauvreté.

Par ailleurs, les théories de la croissance endogène considèrent que les IDE sont un moyen de transfert technologique. Ce transfert peut s’opérer directement à travers la formation et l’amélioration de la main d’œuvre locale. Il peut s’opérer aussi indirectement par la transmission des meilleures pratiques aux entreprises locales. Ainsi, les IDE pourraient favoriser le progrès technologique, stimuler la croissance et baisser le niveau de pauvreté.

En revanche, l’IDE qui est l’une des illustrations les plus importantes de la globalisation fait l’objet de contestations car nombreux sont ceux qui pensent et affirment que la globalisation ne profite qu’aux riches et pas aux pauvres.

Pour les tenants de cette thèse, la concurrence entre les FMNs et les firmes locales provoque souvent des effets d’évictions ou destructifs sur l’économie locale, la croissance et ainsi accroît le niveau de pauvreté. D’autres encore soutiennent que les FMNs recrutent habituellement des travailleurs qualifiés qui ne sont pas pauvres dans la plupart des cas.

Il est un fait que les activités des FMNs à travers les IDE n’ont pas à tous les coups stimulé la croissance ou réduit le niveau de pauvreté. Cependant, force est de constater que de nombreuses études empiriques révèlent que les FMNs à travers l’IDE ont à plusieurs reprises stimulé la croissance dans des pays en voie de développement et réduit le niveau de pauvreté.

Ceci nous amène à dire que l’IDE peut effectivement être considéré comme un mode de financement susceptible de favoriser le développement et de contribuer à la réduction de la pauvreté.

Toutefois, pour que l’IDE stimule la croissance et contribue la réduction de la pauvreté il y a des préalables à remplir.

En effet, depuis quelques années les théories de la nouvelle économie institutionnelle ont pris une place centrale dans les modèles de développement. Ces théories insistent sur l’importance des institutions et du climat d’investissement dans l’amélioration de l’attractivité des pays et dans les processus de réduction de la pauvreté. Ces deux déterminants renvoient à la bonne gouvernance sous sa triple dimension : politique, économique et administrative.

Loin d’être un simple slogan, la bonne gouvernance est un impératif pour les pays déterminés à assurer leurs croissances économiques et à réduire ou éradiquer la pauvreté.

En ce qui concerne les IDE, la bonne gouvernance joue un rôle déterminant à la fois dans l’attractivité des capitaux étrangers (car il y a concurrence entre pays), dans la distribution du revenu national et dans les processus de réduction de la pauvreté.

Des récentes études montrent, en effet, qu’il existe une forte relation entre la qualité des institutions et le niveau des inégalités.

Il ne revient pas aux institutions internationales ou aux FMNs de créer un cadre institutionnel, économique et social fiable ou encore d’assurer une distribution équitable du revenu national dans un pays donné. Les IDE sont réalisés en vue de générer des bénéfices. Les FMNs pour des raisons liées au profit ou pour des raisons stratégiques divisent leurs chaines de production sur plusieurs pays.

Les théories développées par les néoclassiques et celle développées par l’économie industrielle ont abouti à la théorisation de deux approches qui justifient l’existence des IDE.

En fait, les IDE peuvent avoir des stratégies de recherche de marché (market seeking) ou des stratégies de recherche de rente et de minimisation des couts (rent-seeking ou resource-seeking).

Il sied de noter que la logique de recherche du profit qui anime les FMNs n’est pas incompatible à celle de croissance, du développement durable et de réduction de la pauvreté. Le tout, c’est de trouver un terrain d’entente permettant aux différentes parties de tirer profit.

Il ressort de ce qui précède que l’IDE peut être considéré comme une stratégie de financement susceptible de réduire la pauvreté.

A travers le monde, les pays se font une concurrence acharnée dans l’objectif d’attirer le plus d’IDE, de plus en plus considéré comme un moteur de croissance et de développement. Les pays asiatiques, tirés principalement par les économies chinoises et indiennes, ont réussi à attirer d’important flux d’IDE ces dernières années.

Des pays comme la Malaisie et la Corée du Sud ont aussi réussi à stimuler une croissance économique forte et durable en attirant des IDE et en les accompagnants par des réformes structurelles adéquates. L’Afrique Subsaharienne en revanche est à la traîne, des sources concordantes révèlent qu’en 2009 les flux d’IDE attirés par la sous-région représentent moins de 2% des flux mondiaux.

Les pays d’Afrique Subsaharienne ne peuvent se priver des nombreux avantages économiques et sociaux que génèrent les IDE. Pour ce faire, ils doivent promouvoir un environnement politique et socio-économique sain, en un mot, une bonne gouvernance, afin de profiter des apports bénéfiques des IDE.

En effet, de nombreuses études soulignent l’importance cruciale de la bonne gouvernance dans l’attractivité des IDE et dans la réduction du niveau de pauvreté et des inégalités.

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf