Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 14:39

Par Obambé GAKOSSO

routes_du_congo.jpgRIONS DE NOS PROPRES MALHEURS, dis-je souvent, pour tenter d'évacuer ces tensions que tous ces soucis et tracas nous accusent. Dire que le Congo-Rive droite manque cruellement de routes de carrossables, bitumées, pistes etc., comme on veut, c'est enfoncer une porte ouverte. Or, ce n'est pas en se taisant que les choses peuvent bouger.

Il arrive par contre (trop souvent à mon goût), que nos autorités fassent semblant d'entendre ces cris poussés par nos mamans, nos papas, nos enfants, frères et sœurs qui n'en peuvent plus de se taper des kilomètres dans des conditions indignes du 21e siècle, avec des ballots de tout et de n'importe quoi sur leurs têtes, faute de routes en très bon état où des commerçants transporteurs pourraient soulager la peine de ces pauvres manants.

LE PROBLEME DES ROUTES, comme ceux de l'Éducation nationale, de la Santé ainsi que de la Sécurité, devrait être érigé en priorité des priorités par nos divers gouvernements depuis au moins 30 ans. Or, il n'en est rien du tout !

On eût beau créer dans ce pays un OCER (Office Congolais de l'Entretien Routier), une RNTP (Régie Nationale des Travaux Publics) et surtout des ministères successifs des TP et/ou des Transports, rien n'y fait. On a le sentiment (très bien partagé) que pour les gouvernants congolais, cette question ne les intéresse point du tout.

Ils sont à mille et un lieux de tout cela et je dirais même que c'est du Coréen (pour ne pas dire du Chinois, vu que les locuteurs de cette langue sont partout sur le continent, je suppose que tout le monde au pays doit apprendre les rudiments des idéogrammes des compatriotes de Confucius).

Pendant que certains Congolais, très intelligemment, pensent qu'il y a des départements, des villages, des villes qui sont plus favorisés que le reste du pays, du fait que le président en serait originaire, on se rend compte avec un bon recul qu'il n'en est rien du tout.

Un de mes frères qui avait fui la Guerre de décembre 1998 dans le Pool (il vécut des semaines à Kindamba et dans les alentours, à 50 km de la capitale politique) était étonné d'y voir autant de régimes de bananes pourrir sous les bananiers. Pourquoi ? Les mamans n'avaient pas les moyens de les amener vers les grandes villes du pays (Mfoa, Nkayi…)

Et ce frère (un café au lait qui est très bien placé pour parler du tribalisme, un sujet grave qu'il connaît et subit encore en 2010) de demander à certains de ses parents présents là-bas avec lui ce que les divers ministres et autres autorités avaient fait pour peser dans leurs carrières afin que cette petite ville du pays soit mieux reliée aux autres villes du pays…

L'autosuffisance alimentaire tant prônée par un certain président de la République dans les années 80 demeure donc un leurre.

A quelques centaines de kilomètres de là, à Makoua (département de la Cuvette, à 584 km de Mfoa), un autre frère il y a deux ans environ me disait qu'il avait passé pas moins de 5 heures pour rallier Oyo. J'étais assez étonné du temps mis au total et lui de me dire: Grand frère, avec la pluie, il y a de la boue sur tout le trajet. Si tu voyais la route, tu comprendrais peut-être un peu mieux. Voilà pourquoi on met autant de temps.

Prenez une carte, calculez la distance entre Makoua et Oyo, et je pense que mis à part les pays moyenâgeux, vous conviendrez avec moi que c'est incompréhensible de mettre autant de temps, en plein 21e siècle, dans un pays qui a autant de ressources. 

A celles et ceux qui croient qu'il suffit d'habiter au-delà du pont de Mikalou pour bénéficier de toutes les infrastructures modernes qui soient, qu'ils retiennent la leçon : ça ne vaut pas forcément mieux ! 

Lors de la création de la région de la Cuvette-Ouest (à des fins bêtement politiciennes et divisionnistes), l'argument selon lequel la région était trop enclavée du reste du pays était souvent mis en avant. Peut-on faire le bilan des infrastructures routières des habitants d'Okoyo, d'Ewo, de Kellé, de Mbama et Cie en 2010 ?

De même, je ne crois pas que la région du Niari (celle du président Pascal LISSOUBA) ait connu un boom économique ou culturel particulier du temps où ce dernier était chef de l'Etat ou simplement Premier ministre (1963-1966). 

Les Congolais devraient arrêter de tout mettre sur le dos des tribus et des ethnies imaginaires (pures créations de l'ethnologie coloniale) pour justifier notre incapacité commune à nous projeter dans un mieux-être commun.

DANS LES 80', l'on a tous vu comment, à l'issue de l'inauguration du pont sur le Kouilou (400 mètres de long, si ma mémoire ne me trompe pas), le reportage de cette inauguration est passé des jours durant, à chaque journal télévisé. Des habitudes apprises au pays des Soviets, eux qui apprirent à nos aînés que les dirigeants devaient être omniscients et omnipotents à la TV et à la radio.

Le temps passant, et même si le fameux Mur de Berlin est tombé il y a 21 ans bientôt (le temps d'une licence universitaire), les mêmes habitudes demeurent et, elles s'amplifient même. Le chef de l'Etat est partout, à tel point qu'il est présentateur TV.

Il inaugure tout et le reste. Même la construction la plus insignifiante qui soit. C'est ainsi que je fus étonné (pourtant je ne devrais plus !) d'apprendre en mai 2009 l'inauguration du "1e tronçon de la route Brazzaville-Pointe-Noire", tronçon long de 68 km, reliant la capitale politique à la localité appelée Gambari, par le chef de l'Etat (pour la petite histoire, l'UE a financé ce tronçon à hauteur de 38,581 milliards de F CFA. Donc, pas de quoi en être fier, hein !).

Dans ce pays, on banalise tellement tout que l'on se gargarise de voir le chef de l'Etat inaugurer un tronçon de 68 km sur 510 environ, soit 13,33%. Cela revient-il à dire que tous les 68 km, il en fera autant? Sachant que ces déplacements "présidentiels" (appelons-les ainsi, puisque "présidentiel" s'utilise dans tous les domaines possibles au pays d'Alfred Raoul) drainent un monde fou (ministres, dircab', conseillers etc.), on se pose encore la question de savoir : quand travaille-t-on chez ces élites politiques ?

SUR LA RADIO AFRICA n°1, mardi 05/10/2010, l'on nous apprenait que du racket se pratiquait sur le tronçon de cette fameuse nationale 1, entre Pointe-Noire et Loubomo (186 km séparent les deux villes).

En effet, les autorités (je ne vois pas qui d'autre le ferait) ont placé 5 "barrages" le long de la voie pour assurer la sécurité ? Ces barrages, composés d'hommes habillés se livrent à un racket sur les véhicules qui empruntent la route, exigeant des sommes allant de 2.000 à 20.000 F CFA. Pour rouler là, vous allez payer au minimum 10.000 et au maximum, 100.000 F CFA. C'est comme ça ! Tout le monde le sait, mais les autorités (qui n'ont plus aucune crédibilité depuis des lustres) s'en contrefoutent comme du paléolithique supérieur.

Imaginons le pauvre commerçant transporteur dont le conducteur du véhicule emprunte deux fois cette route en une journée ou deux. Si ce dernier doit débourser à chaque fois des billets à donner aux corps habillés (avant que ceux-ci n'aillent s'enivrer et se shooter au cannabis sativa). Il faudra bien répercuter ces imprévus sur les pauvres passagers qui eux-mêmes n'avaient pas du tout prévu cela. Du coup, le budget de tout le monde s'en trouve grevé sérieusement. Et les prix des marchandises (poissons de mer vendus à Loubomo) sont toujours aussi chers.

Question : où est l'État ? Je sais bien que sous le mono on ne cessait de nous dire (pour appeler chaque militant de la Révolution congolaise à être responsable) que L'Etat e zali yo, l'Etat e zali ngaï  (l'État c'est toi, l'État c'est moi). Le problème est que quand tout le monde est responsable, personne ne l'est en final de compte.

Les Congolais savent, à ce niveau où se situent les responsabilités : mais que faire me répond-on souvent ? Qu'on aille porter plainte contre des gens qui dorment avec des armes ?

L'économie n'est certes pas une science exacte, mais on ne peut s'en sortir avec de telles pratiques. Allez, faisons comme Martin LUTHER KING et rêvons. Fermons un instant, un seul petit instant nos yeux et imaginons des routes partout dans notre pays, reliant les villes de l'hinterland entre elles, de sorte qu'en quelques heures la pomme de terre de Djambala soit vendue à Bétou et que le poisson pêché au bord de l'océan se retrouve à Zanaga.

Si nos mamans et papas doivent à chaque fois payer de telles sommes, que nous auront apporté en définitive ces routes, mis à part le plaisir que prennent les puissants du pays à y rouler pour aller passer leurs week-ends peinards où ils veulent?

Quand on veut mener un projet à bien, on essaie d'en cerner tous les contours possibles. On ne peut se contenter de signer des contrats, de débourser des sous (quand c'est nous payons, car ce n'est pas toujours le cas) et de mettre les ouvriers sur le terrain et s'écrier un jour (10 ou 20 ans après) Alléluia! Nous avons bâti une route.

Tout le monde sait ce qu'il en est advenu de la centrale thermique de Mpila, construite à coups de pétrocfa : les experts consultés à ce sujet avaient donné et mis leur véto à ce projet. Mais comme dans ce pays, plus on est proche du soleil, et plus on a de chances de faire passer les projets les plus abscons, pourvu qu'ils rapportent des 10 à 30%, la centrale a été bâtie et très rapidement, elle est tombée en panne.

Mais peu importe, puisque les images sont restées : Nous avons bâti une centrale, NOUS ! Peu importe que cet ouvrage coute de l'argent chaque mois au contribuable congolais, puisqu'on nous dira Nous, nous avons construit une centrale !!!

Dans le contrat appelé "Chemin d'avenir", proposé par le PCT au peuple congolais, y avait-il une clause écrite en tout petit, au bas de la page où il est stipulé que les Congolais devraient payer chaque fois qu'ils voudraient emprunter ce chemin ?

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Politique
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf