Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 00:11

Ghys Fortune DOMBE BEMBA

droit_justice.jpgUne affaire pouvant faire ressembler la justice à une jungle où le plus fort fait la loi, à moins que les forts soit disant ne capitulent qu’après plusieurs procédures jusqu’à assouvir leur soif de non droit, dans ce pays que le plus haut magistrat voudrait remettre sur le bon chemin du droit.

L’Affaire dont nous fessons mention concerne une transaction sur un domaine résidentiel la villa "Les Manguiers", qui oppose Maître Vincent GOMES et l’ancien premier ministre monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY d’une part contre madame Véronique TCHISSAFOU sœur cadette de l’ancien ministre. Le motif étant que la propriété dite "Les Manguiers", située au rond pont des amoureux au centre ville de Pointe-Noire attire toutes les convoitises.

En effet, il s’est avéré que le ministre Alphonse SOUCHLATY POATY qui l’aurait vendu à Maître GOMES s’est déclaré en être le propriétaire, alors que le titre foncier de cette demeure et bel et bien au nom de madame TCHISSAFOU sa sœur. Ce qui nous plonge dès lors dans une ténébreuse affaire de faux et usage de faux, qui n’aurait pas justifié l’intervention musclé des éléments de l’armée sous l’instigation du commandant de zone le général BOUKAKA, pour faire entendre la loi de ses frères au détriment de la loi qui plaide en faveur de madame Véronique TCHISSAFOU. Faisant croire que ces éminentes personnalités que l’on eût cru mûrs, respectables et respectés, puisse paraître qu’en réalité comme de véritables escrocs, des arnaqueurs, des spécialistes en faux en écriture, des imposteurs, bref des tigres en papier.

En fait, bien que des documents probants tendent à prouver que la propriété dite "Les Manguiers" a été acquise régulièrement par madame TCHISSAFOU Véronique, par une transaction passée avec la société commerciale ouest africaine, en sigle SCOA, et inscrite au n°261 du 28 novembre 1986, son frère monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY continue de nier l’évidence et révèle que sa sœur n’était que le prête nom d’un bien qu’il a acquis lors de ses nombreux passage au gouvernement. Il aurait alors versé intégralement toute la somme de 45 millions exigé pour cette transaction et payé la totalité des frais d’enregistrement ainsi que les honoraires du cabinet Gros Fica et du cabinet Jacques et Gomes qui rédigeât et exécuta l’acte de vente.

Monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY atteste par ailleurs que c’est au cours d’un conseil de famille qu’il fut décidé que madame Véronique TCHISSAFOU se chargerait de gérer le bien en cause pendant 10 ans, c’est-à-dire délai au terme duquel le plaignant ferait valoir ses droits à la retraite, redevenant un citoyen ordinaire complètement délié des obligations légales d’un haut fonctionnaire non habilité à entretenir une source de revenus parallèles.

Et c’est exactement ce qui fut fait, tant et si bien que depuis 13 ans, non sans avoir convoqué un nouveau conseil de famille, M. Alphonse SOUCHLATY POATY retrouva la plénitude de son droit de propriété sur le bien incriminé, madame Véronique TCISSAFOU lui ayant d’ailleurs signé un Acte de donation entre vifs ayant la transcription à son nom du Titre foncier n°261.

Aussi, que contre toute attente, cette dernière se serait dérobé pour saisir en date du 14 octobre 2009, la 2ème Chambre civile du Tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire, et obtenu un jugement qui a ordonné à la Conservation foncière de délivrer une 2ème copie du Titre foncier n°261 d’un bien qui était pourtant rétrocédé à son frère.

Malheureusement, pour monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY ses arguments sont battus en brèche par madame Véronique TCHISSAFOU, qui reconnaît bien sûr avoir reçu des aides de son grand frère, mais que cela n’étant en rien spécial puisqu’il en faisait autant pour les autres membres de la famille.

De son plein aveu, cette propriété fut acquise par elle grâce au soutien de son amant immigré et expatrié européen, de ses économies personnelles et d’autres ressources. Ce qui laisse entendre que l’action de son frère s’assimilerait à du gangstérisme et de l’escroquerie, puisqu’elle ne reconnaît pas avoir fait donation de son bien à quiconque, encore moins à son frère.

Elle est par ailleurs surprise de constater que son frère monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY puisse parler de prête nom pour couvrir ses activités administratives. Car, pour preuve, cet argument ne serait être crédible, puisqu’en cette même période le ministre a acquis plusieurs biens en son propre nom parmi lesquels des propriétés dont l’un au centre ville de Brazzaville venait d’être vendu sous peu.

Comment comprendre aussi que depuis que la 2ème Chambre du Tribunal avait rendu son verdict sur cette affaire le 14 octobre 2009 que monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY n’avait-il pas interjeté appel ? Et pourquoi diantre préfère t-il aujourd’hui porter l’affaire au Tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire ? Par voix de fait, s’entendre dire que son frère aîné a déjà aliéné à maître Vincent GOMES, ce bien n’est ce pas un délit d’abus de bien d’autrui ?

Pour absurde que ce soit, depuis la fin du mois de décembre, monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY, a convoqué madame Véronique TCHISSAFOU par le truchement d’une citation directe de se présenter personnellement devant la 1er Chambre correctionnel du Tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire sise au Palais de justice de cette ville le 5 janvier 2010 à 8h00 précise dans la salle ordinaire du Palais de justice et en tant que de besoin à toutes les audiences, jusqu’au prononcé du jugement définitif dans l’affaire pour laquelle elle est prévenu.

Pour ne pas que la justice ne tombe dans l’arbitraire qui pourrait pousser les membres de cette famille à régler ce différent par voix d’honneur, Talassa exhorte nos magistrats a respecter les textes, tel que le ministre d’Etat maître Aimé Emmanuel YOKA le souhaite vivement.

Espérons qu’il soit compris de tous que le Titre foncier est inattaquable. En conséquence, si le Titre foncier n°261 porte le nom de madame Véronique TCHISSAFOU, alors, elle est l’unique propriétaire de la villa "Les Manguiers". Pour ceux qui s’opposeraient à cette disposition de la loi, nous disons : "la loi est dure, mais c’est la loi".

Février 2009, voilà ce qu’on pouvait déjà lire à propos de l’ancien premier ministre du Congo Brazzaville Western-Union : Des Faussaires Arrêtés

L’affaire qui va conduire à l’interpellation et à l`audition de madame COILIBALY NAGNÉBY Martine prend sa source à Ris Orangis en France le 25 Février 2009. Monsieur Alphonse SOUCHLATY POATY, ancien premier ministre de nationalité congolaise et résidant à Ris Orangis, 24 rue du Château d`Eau 91350 atteste qu’il a envoyé un mandat Western Union d`un montant de 4000 euros sous le numéro 7791182491 à Mlle GORÉ BI MINATA résidant à Abidjan.

Il y note le mot de passe et la réponse. Le Congolais précise que ce mandat a été fait à la poste de la ville de Grigny 91350 en Ile de France. Il y souligne également avec force que c’est bien lui qui a personnellement expédié ce mandat pour lui permettre de venir en France où elle est attendue le lendemain 26 février 2009 très tôt le matin par un vol d`Air France. Comme pièce jointe, la photocopie recto- verso de son titre de séjour français.

Mais tout cela s’avèrera aux yeux des fins limiers de la police ivoirienne comme de fausses preuves, fausse pièce d`identité, faux mandat, c`est à cette conclusion qu`arrive monsieur SANOGO OUSMANE, commissaire de police en résidence à Gonzagueville, officier de police judiciaire.

Une grande escroquerie portant sur la somme de 4000 Euros. Interpellée par la police, madame Coulibaly NAGNABEY Martine chef d`agence Western Union SNC de Treichville Rue 38 non loin de la gare de Bassam, domiciliée au Plateau Dokui est soumise à un interrogatoire serré.

Elle explique qu`elle a reçu un coup de fil d`une de ses clientes nommée ASSITA lui demandant si elle avait de la liquidité dans ses caisses. Quelques instants après la réponse affirmative du chef d`agence, cette ASSITA qu`elle se garde de dénoncer se pointe au guichet pour percevoir la somme de 4000 Euros. Elle est accompagnée, confie Coulibaly Martine, de trois individus pour le retrait. Pièces fournies le permis de conduire et la CNI verte du nommée GORÉ BINATA.

La chef d`agence nie formellement être au courant de l`existence de réseaux d’escrocs qui abusent des personnes via internet. Convoquée de nouveau pour être entendue, elle apprendra que les documents fournis sont des photocopies des faux quand on les compare aux originaux. En réalité, il n’y a pas eu présentation des originaux des pièces fournies pour le retrait. Etant dans le coup avec les faussaires, elle n`a pas osé appeler la police pour que la nommée ASSITA soit coincée. Malgré la coopération que lui demandaient les fins limiers de la police pour mettre le grappin sur la bande, elle a refusé de collaborer.

Madame COULIBALY NAGNABEY Martine n`est - elle pas en réalité le satellite au sein de Western Union du groupe de ASSITA ? A cette question de la police, elle a tenté de nier le rôle qu`elle joue au sein de la bande. Se contentant tout simplement de l`informer discrètement de la découverte du pot aux roses et du danger que court son amie ASSITA.

Naturellement, sa protégée s`est volatilisée dans la nature après son information discrète. Des cas de ce genre, il en existe à profusion et madame COULIBALY NAGNABEY Martine apparaît aujourd`hui comme le cerveau principal d`un réseau de faussaires qui sévit depuis longtemps via Internet avec de faux documents sur la base de faux papiers de transferts de fonds. M. Camara VAZOUMANA, premier responsable de Western Union est- il complice ? Et pourquoi continue-t-il de lui faire confiance ?

Partager cet article

Repost 0
Published by PatrickEric - dans Culture
commenter cet article

commentaires

  • : Mampouya.com
  • Mampouya.com
  • : Restauration de la Démocratie de l'Etat de Droit et de la Républque au Congo
  • Contact

  • Patrick Eric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya
  • Patrick Éric Mampouya

Recherche

Mes Héros : Mort Pour un Autre Congo

bruno-ossébighislin_simplice_ongouya.jpg

Congo : Textes Divers

2306_Bourses_etudes.pdf 2306_Bourses_etudes.pdf bilan matondo congo bilan matondo congo Bruno-OSSEBI.doc Bruno-OSSEBI.doc Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat-Exercice-2007.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Budget-de-l-Etat_Exercice-2008.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-des-Investissements-Miniers-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Code-Forestier-du-Congo.pdf Constitution-du-15-mars-1992 Constitution-du-15-mars-1992 Constitution du 29 novembre 2001 Constitution du 29 novembre 2001

Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting-Longbeach-Bermuda-Elenga-LTD.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting2.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting3.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Consulting4.jpg Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-HM-NKOSSA-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouakouala.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Kouilou.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-Madingo.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineVI-VII-KITINA.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-MarineX.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Nord.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-Mer-TP-Sud.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PEX.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf Contrat-Partage-PNGF-Contrat-PP.pdf D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc D-cret-n--2004-30-du-18-f-vrier-2004.doc  D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---5-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---56-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---58-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---60-du-31-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---64-du-3i-mars-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008---t5-du-n-f-vrier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008--3-du-11-janvier-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-n--2008-84--.-du-15-avril-2008.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-la-transparence.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf D-cret-sur-les-op-rations-des-services-de-l--tat.pdf decret-election-presidentielle.jpg decret-election-presidentielle.jpg decret_du_09_10_2008.pdf decret_du_09_10_2008.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Enl-vement-des-Stocks-de-P-trole-2005.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf Facture-d-Hotel-de-Sassou---N-Y.pdf

Feuilledecomptabilit-1.pdf Feuilledecomptabilit-1.pdf Guide du journalisme indépendant Guide du journalisme indépendant Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 1 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 2 Le Plan Mouébara au CMAS 3 Le Plan Mouébara au CMAS 3

Les-Sages-Mbochis.pdf Les-Sages-Mbochis.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Les-factures-du-fils-de-Sassou.pdf Statuts de T. I. France Statuts de T. I. France LISTEOP_C2G-EY.pdf LISTEOP_C2G-EY.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-Electorale-du-Congo.pdf Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-du-24-novembre-2001.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc Loi-176-2003-du-18-janvier-2003.doc LISTEOP_KPMG.pdf LISTEOP_KPMG.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf Note-Circulaire-AdministrateurSNPC.pdf okouna-petro jugement&plaidoirie okouna-petro jugement&plaidoirie PID-2006.pdf PID-2006.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf Pland-actionBonneGouvernancePool2.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf R-echelonnement-de-la-Dette-du-Congo-par-le-Club-de-Paris.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-Cofipa.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-de-la-Cour-des-Comptes.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-09-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-12-2006.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-KPMG-du-16-avril-2007.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf Rapport-TOFE-2005.pdf RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF RECOURNSo-0-132008-du-O3J-uin-2008.PDF Redevance-2006.pdf Redevance-2006.pdf Requ-te-en-annulation.PDF Requ-te-en-annulation.PDF Service-de-S-curit-.pdf Service-de-S-curit-.pdf SOCAPALM Exposé de la Situation SOCAPALM Exposé de la Situation Suivi-Bonus-2005.pdf Suivi-Bonus-2005.pdf